Le Gabon a pris part à une session extraordinaire de la CEMAC à Brazzaville pour faire face au Covid-19

Le ministre gabonais de l’Economie et des Finances Jean Marie Ogandaga le 28 mars à Brazzaville ©  CG

Le ministre de l’Economie et des Finances, Jean-Marie Ogandaga, a pris part samedi à la troisième session extraordinaire du Comité de pilotage du programme de réformes économiques et financières de la Communauté des Etats d’Afrique centrale (Copil PREF-CEMAC) à Brazzaville au Congo,  avec point d’orgue la situation résultant de la  pandémie du Covid-19 qui menace l’économie africaine et mondiale.
Selon la communication gouvernementale, cette session urgente, qui a porté sur les « incidences économiques et financières du Covid-19 sur les économies de la CEMAC et esquisses de solutions », a permis aux ministres de l’Economie et aux responsables des institutions communautaires de faire le point sur l’impact de la crise actuelle sur les économies de la sous-région et d’identifier des pistes de solution.
« L’évaluation rapide des conséquences de cette pandémie nous permettra d’identifier les actions idoines à engager pour limiter ses effets néfastes sur les économies de la CEMAC. Des solutions communes doivent être appliquées dans les meilleurs délais pour protéger notre espace économique déjà fortement impacté par cette crise. Par ailleurs, je me réjouis de ce que les échanges avec mes homologues rentrent dans le cadre des réflexions que nous avons engagées au Gabon dans le cadre des travaux de la cellule interministérielle de veille économique », a  souligné M. Ogandaga
Les conséquences économiques et financières de la pandémie du Covid-19 sur les économies de la CEMAC sont de plusieurs ordres, indique-t-on.  Il y a entre autres la  baisse des recettes budgétaires, la dégradation des comptes macro-économiques, la  baisse des financements extérieurs, la perturbation des échanges intracommunautaires, la fragilité de la stabilité externe et le risque de la montée des tensions inflationnistes.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.