L’AGAM s’étonne de sa suspension supposée par la FEGAKAMA

Le président de l’Association gabonaise des arts martiaux (AGAM), Me Raymond Obame Sima, a marqué son étonnement d’une rumeur persistante faisant état de la prétendue  suspension de son organisation  par  la Fédération gabonaise de karaté-do et arts martiaux affinitaires (FEGAKAMA).

« En tant qu’association, on ne fait l’objet d’aucune poursuite disciplinaire, encore moins de sanctions à ce jour »,  a rassuré Me Raymond Obame Sima, lors de l’Assemblée générale extraordinaire organisé le week-end écoulé à Libreville.

Un courrier devenu viral  sur les réseaux sociaux, évoquerait une suspension de collaboration entre  l’ensemble des présidents des ligues, associations et experts fédéraux par la FEGAKAMA, instance faitière. Une confusion qui serait « sciemment » entretenue au sein de l’opinion par certaines personnes malintentionnées tapies, dit-on,  au sein du  bureau fédéral.


Aussi, le président de l’AGAM n’a-t-il  pas manqué de déplorer et condamner  les attaques auxquelles il ferait l’objet sur les réseaux sociaux.

Le conclave a permis au dirigeant de l’AGAM d’annoncer tout de même des bonnes nouvelles, celles relatives à l’organisation de deux stages d’arbitrage et un autre technique.

« En raison de la reprise tardive des actives consécutives à la levée des mesures barrières anti covid 19 en mars 2022, le programme d’activités sera très réduit », a-t-il indiqué. Le bureau exécutif  n’a pas manqué de rassurer les membres de la tenue de la traditionnelle coupe de l’AGAM mais sous une forme réaménagée qui sera décliné en temps opportun.

Les membres de l’AGAM, toutes disciplines confondues, (Karaté, Taekwondo, Judo…) ont été invités à renouer avec les salles d’entraînement avec amour et discipline comme par le passé.

Lors des divers, Me Raymond Obame Sima a  présenté à l’assistance l’important don en matériels de combats et de compétitions obtenu grâce aux relations nouées entre l’AGAM et deux  clubs de Karaté dont il révèlera ultérieurement les identités au cours d’une cérémonie spéciale.

Betines Makosso


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.