Gabon : la presse indépendante traquée par les impôts  malgré sa pauvreté financière

Le SG et porte-parole de l’UPPIG, Stive Roméo Makanga © D.R

Le Secrétaire général et porte-parole  de  l’Union des patrons de la presse indépendante du Gabon (UPPIG),  Stive Roméo Makanga a dans une déclaration, dénoncé la traque enclenchée par la Direction générale des impôts (DGI) qui exige à ces médias privés de s’acquitter des taxes et autres impôts alors qu’ils font face depuis des années à tension financière découlant du manque de publicité et de subvention suffisante.

« Nous avons comme l’impression que nous sommes pourchassés par les impôts. Nous avons reçu un certain nombre d’agents vérificateurs dans nos locaux et nous avons discuté avec eux. Nous leur avons présenté la situation réelle de la presse privée gabonaise. Nous avons pris le soin de leur expliquer que la presse indépendante n’avait pas d’argent et que le secteur de la communication dans sa globalité se portait mal », a fait savoir M. Makanga, par ailleurs Directeur de publication de Kongossanews.


L’UPPIG,  fustige l’approche pratiquée par la DGI qui veut faire ses recettes avec des entreprises de presse qui ne produisent pas d’argent, contrairement  aux « entreprises majeures dans ce pays qui sont en situation de monopole et qui ne reversent rien à l’Etat ».

La presse indépendante n’a pas manqué de mettre en garde la DGI qui aurait donné les instructions fermes aux banques de mettre à sa disposition  le listing d’organes privés avec leurs relevés de comptes pour procéder à un éventuel blocage des comptes.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.