FDLC : Petronas Gabon va bientôt améliorer les conditions de vie des populations de Mayumba

Le Ministre du Pétrole,  Vincent De Paul Massassa s’imprégnant le 24 Mai du bienfondé des projets déclinés par le DG  de Petronas Gabon,  Azlan M. Amin Shukeri,  qu’accompagnait Victor Dioni, responsable RSE de Petronas international, dépêché par le siège © MPG

Le Ministre du Pétrole et du Gaz, Vincent De Paul Massassa, a annoncé le 24 Mai 2022 au terme d’une audience qu’il a accordé au Directeur de général de Petronas  Gabon, Azlan M. Amin Shukeri venu lui présenter les projets dédiés à Mayumba, que  le pétrolier malaisien qui exploite dans cette partie de la province de la Nyanga (sud-ouest) va bientôt améliorer les conditions de vie des populations du Chef-lieu de la Basse Banio, par la mise en œuvre des projets retenus dans le cadre du Fonds de  développement  des communautés locales (FDCL).

« Beaucoup des décisions ont été arrêtées, notamment des établissements scolaires à la fois secondaires, primaires, des hôpitaux qui vont bénéficier certainement des cures et mêmes des forages, des installations et même les équipements médicaux. Il y a également des bâtiments administratifs notamment dans la zone de Mayumba qui vont être réfectionnés  pour le bénéfice de l’ensemble des populations et de l’administration de cette zone », a annoncé M. Massassa.


Le FDCL constitue une partie d’argent reversée aux populations locales sous forme de projets  par un opérateur  exploitant des ressources naturelles dans une zone donnée.  La gestion de ces fonds tout comme les choix  des projets est tributaire de la volonté des communautés.

« Ce sont les communautés comme dans le cadre de la RSE qui précisent  les projets, priorisent les projets et ensemble désormais au sein d’une commission tripartite  à savoir : les représentants  des administrations décentralisées,  des communautés, de l’administration  des hydrocarbures et ceux de l’opérateur, décident de quand et comment est-ce que ces projets doivent être menés », a-t-il précisé.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.