Éric Moukagni écope de 10 ans de prison pour avoir violé et enceinté la fille de son défunt frère jumeau

Eric Moukagni, gabonais la trentaine révolue a été condamné à  10 ans de réclusion criminelle par la cour judiciaire du tribunal de Port –Gentil pour avoir violé et enceinté  la fille de son défunt frère jumeau âgée de 11 ans. 

Le quartier vérité divine situé dans le 1er  arrondissement de Port-Gentil a été le théâtre d’une horreur sexuelle entre un tonton violeur et la fille de son défunt frère jumeau. En effet, courant avril 2020 pendant qu’elle habitait paisiblement dans la maison de son oncle paternel Éric Moukagni, célibataire sans enfant,  par décision de sa mère, Sergina Issaga  11 ans aux moments des faits était très souvent la proie des abus sexuels de la part du frère jumeau de son père décédé tragiquement il y a des années.

Selon les déclarations de l’adolescente victime d’abus sexuels, chaque nuit, son bourreau entrait frauduleusement dans sa pièce à chambre. Une fois à l’intérieur, il enlevait les vêtements de sa nièce et introduisait son pénis dans le sexe de l’enfant. Malgré le fait qu’il droguait très souvent le verre de jus qu’il lui donnait quand sa libido atteignait son paroxysme, la gamine se réveillait quand-même dans ce profond sommeil et surprenait son oncle sur elle en pleine action. Fort heureusement que c’est en allant chez une sœur en Christ que celle-ci découvrait curieusement que la morphologie de la jeune demoiselle avait changé.


Ainsi, elle décidait d’effectuer des examens médicaux approfondis afin de savoir la cause réelle de ce phénomène corporel. Ceux-ci révélaient qu’elle était enceinte de 18 semaines et un jour de suite des agressions sexuelles dont elle était régulièrement victime. Enjoindre de dire le coupable de cet horrible acte, elle précisait que c’est le nommé Éric Moukagni, celui qu’elle appelait affectueusement « papa ».

La tante de la victime avisée sur les faits inédits, Clarisse Moulatsa emmenait rapidement la fille dans une structure sanitaire de la place. C’est alors qu’elle découvre que la mineure était enceinte. De suite, les procédures judiciaires ont été engagées. Delà, le pédophile a été mis hors d’état de nuire tout en reconnaissant les faits qui lui sont reprochés.

Il  a été déféré pour viol sur mineure de -18 ans et inceste. Le mardi 14 juin 202 à la barre, l’accusé précisait avoir eu à deux reprises des rapports sexuels avec sa nièce. Ainsi, le procureur a requis 10 ans de prison outre une amande de 5.000.000 de FCFA. Me Bérenger Nze commis pour la défense, a plaidé l’humanisme de la Cour, tout en sollicitant une seconde chance pour l’accusé.

Sur l’action pénale et selon les disponibilités des articles 401, 403 tiret 3 et 7, et sur l’action civile selon les disponibilités des articles 11 et 12  du code pénal, Éric Moukagni a été reconnu coupable du crime susmentionné et du crime d’inceste. Il a été donc condamné à 10 ans de prison et à une amande de 200.000 francs CFA.

Sur 45 dossiers de ces sessions criminelles, 26 cas concernent essentiellement les viols sur mineurs. Ce qui démontre à suffisance que le phénomène est bien enraciné au sein de la société.

Vincent Ranozinault


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.