Dieudonné Minlama Mintogo explore les Akébé

      Photo @ DR

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle, Dieudonné Minlama Mintogo est descendu le week-end écoulé dans les Akébé, un fief réputé des ressortissants de la province du Haut Ogooué, où il est allé à la rencontre des jeunes.
Le président de la Convention nationale de l’interposition a parlé avec les jeunes de  la précarité, la situation politique actuelle et les mesures sociales à mettre en œuvre  pour améliorer les conditions vie des gabonais.


Une vue des participants @ DR
Une vue des participants @ DR

« En prenant cette initiative citoyenne  de m’inviter  ici, ont décidé de ne plus subir l’histoire mais de faire l’histoire, d’écrire l’histoire, de peser sur notre histoire commune », car, « ayant  mis l’épanouissement de la jeunesse au centre de mes préoccupations,  cette initiative ne peut que me réjouir et me renforcer dans  ma posture qui consiste à faire des jeunes les moteurs et les véritables acteurs de la construction d’un Gabon nouveau » a lancé le candidat à la foule.

 

« Comme vous, moi aussi j’ai vécu dans les quartiers qualifiés de sous-intégrés, j’ai connu la dure réalité de la précarité et de la difficulté. Je suis aussi un enfant de Mapane comme vous, un enfant du village. Mais entre vous et moi  la différence c’est qu’à mon époque, l’Etat était encore plus proche de nous » puis d’ajouter «  J’ai été à l’internat. J’ai vécu dans un campus ou nous étions deux par chambre. J’ai  été  transporté gratuitement par les bus pour aller au cours. Les vacances, pour aller au village, l’Etat se chargeait de nous et de nous ramener. La bourse était régulièrement versée aux étudiants et aux élèves. La plupart d’entre nous étaient membre d’une association, d’un club  ou d’un mouvement de  jeunesse : Scouts, les guides, les jeunes du monde, Génération Nouvelle » a-t-il affirmé.

 

« Je m’engage à mettre l’Homme au centre de mon action. Je m’engage à remettre le Gabonais debout, à  combattre l’esprit du doute et du pessimisme, à recréer en l’espoir en lui, le sentiment de fierté d’être Gabonais, le goût de l’ambition et de l’audace », affirme Dieudonné Minlama Mintogo.

 

« Je voulais juste vous dire,  vous rappelez que dans les jours qui suivent vous serez beaucoup sollicités …beaucoup de promesses vous seront faites. Certains candidats essayeront aussi d’acheter vos «  voix » comme on le dit, en utilisant surement l’argent qui a été volé dans les caisses de l’Etat  … Mais je vous mets en garde contre le syndrome d’Esaü … Ne soyez  pas des Esaü : pour une cuillère de soupe, Esaü a vendu son droit d’ainesse à son frère Jacob. La suite vous la connaissez.  Votre vote compte. Votre vote n’a pas de prix. Votre vote vous engage, il engage votre devenir et l’avenir de votre progéniture, l’avenir du pays. C’est un acte très important, c’est un acte sacré », a-t-il conclu.

Gaston Ella


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.