Dieudonné Minlala Mintogo propose des « Etats Généraux sur le Football » pour mettre fin à l’amateurisme

Dieudonné Minlala Mintogo @ MB

 

 

Libreville, 25 septembre (Gabonactu.com) – Homme politique et observateur averti de la vie sportive, Dieudonné Minlama Mintogo a proposé des « Etats Généraux sur le Football »,  comme piste de solution pour sortir le football gabonais, dit-il, de l’amateurisme et du saupoudrage permanent.

« L’organisation des « Etats Généraux sur le Football »  avec la participation effective  de toutes les parties prenantes ( footballeurs , supporteurs ,  presse , dirigeants  , gouvernants , secteur privé , associations , experts  … )  me parait  nécessaire  pour trouver une solution définitive et durable à la grande crise actuelle », a proposé M. Minlama Mintogo sur sa page Facebook.

Le président d’Ensemble pour la république (EPR, centriste)  souhaite que les hautes autorités prennent les terreaux par les cornes pour relancer le football, une pompe d’argent public pour des résultats médiocres.

« Refuser de tenir compte des critiques de Pierre Emerick Aubaméyang et, vouloir en faire un non-évènement,  parait tout aussi,  à mes yeux,  contre- productif, irresponsable   et puéril. Il ne s’agit pas ici de diviser, ni d’exclure ou encore moins de tenter d’isoler les uns ou les autres  mais d’unir toutes les forces pour avancer », a-t-il précisé.

 

La sortie de cet ancien candidat à l’élection présidentielle de 2016 intervient au moment où la Fédération gabonaise de football (FEGAFOOT) et le ministère des Sports se sont livrés une guerre larvée suite à la nomination ratée de Pierre Obame Yaya au poste d’entraîneur des Panthères.

 

C’est finalement Daniel Cousin qui le remplace au pied levé.

 

Camille Boussoughou

Suivez nous et Aimez nos pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.