Covid-19 : démarrage ce vendredi des dépistages massifs à Libreville et Bitam

Les opérations de dépistage massif du Covid-19 débuteront vendredi dans la province de l’Estuaire par le grand Libreville et dans la province du Woleu-Ntem par Bitam, a annoncé jeudi le ministre de la Santé, Max Limoukou dans un communiqué.

A Libreville, les sites retenus sont les CHU, les Hôpitaux d’instruction des Armées, les hôpitaux, les centres de santé, le centre d’action sanitaire et sociale et les infirmeries militaires.

A ces structures sanitaires publiques, s’ajoutent huit (8) unités de dépistage mobiles et quinze (15) établissements sanitaires privés identifiés pour une meilleure couverture du grand Libreville.

Concernant la ville de Bitam, le Centre médical est retenu pour le dépistage et d’autres sites pourront être ouverts en cas de nécessité.

Sont éligibles prioritairement au dépistage massif, toutes les personnes ayant effectué un voyage à l’étranger entre le 1er et le 19 mars 2020 ; toutes les personnes ayant été en contact avec un sujet atteint du Covid-19 ; les professionnels de santé ; toutes personnes présentant une comorbidité telle que : l’hypertension artérielle, le diabète, l’insuffisance rénale et respiratoire, la drépanocytose, le VIH, l’Hépatite, l’obésité…

Toutes les personnes présentant une toux sèche, une fièvre, un mal de gorge, des difficultés respiratoires, de la fatigue et des céphalées ; les personnes du troisième âge ; les commerçants ; les personnels des forces de défense et de sécurité et les transporteurs sont également concernés.

Les personnes intéressées sont priées d’appeler au 1410, le numéro vert gratuit, pour la prise de rendez-vous.

Cette procédure a l’avantage de gérer les afflux importants que risquera de susciter l’opération de dépistage massif au niveau des différents sites retenus. Le dépistage consiste à faire un prélèvement à l’aide d’une tige flexible dans le nez et la gorge du patient. Les résultats sont rendus dans les 24 à 48 heures par les équipes médicales des sites agréés.

En cas de résultat négatif, un second prélèvement est recommandé 14 jours plus tard.

Dans le cas où le résultat se révèle positif, le patient sera orienté dans une structure sanitaire agréée pour une prise en charge médicale. Aussi, voudrais-je appeler au civisme de nos compatriotes quant au port obligatoire du masque dans les lieux et espaces publics et au respect des mesures barrières notamment, celles relatives à la distanciation sociale et à l’hygiène.

Marie Dorothée

Suivez nous et Aimez nos pages

1 Commentaire

  1. Bertrand Azui
    17 avril 2020 - 10 h 36 min

    Mr le Ministre nous voulons bien porter les masques respiratoire mais il y a rupture de stock à Libreville. Aidez nous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.