Bâtiment en construction de la CNSS : l’échafaudage à l’origine d’une levée de bouclier désormais sécurisé

L’échafaudage en fer rouillé du bâtiment  de la CNSS en construction à Libreville @ Gabonactu.com

Libreville, 23 octobre (Gabonactu.com) – L’échafaudage en ruine et menaçant la vie des populations voisines, aménagé sur un bâtiment en construction de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) dont les travaux sont au point mort depuis deux ans, est dorénavant sécurisé.
Saisie par des habitants voisins  se plaignant des dégâts causés par des débris de l’échaudage vétuste, la direction générale de la CNSS a réagi en dépêchant une entreprise pour entreprendre les travaux de sécurisation.

une entreprise est à pied d’oeuvre pour sécuriser l’échafaudage/ La CNSS a rassuré le voisinage sur le retour immédiat de la sérénité @ Gabonactu.com


« Ce qui pose problème aujourd’hui c’est l’échafaudage, vous constaterez qu’il y a plus de peur que de mal, Toute une partie va être enlevée, il n’y aura plus d’échafaudage », a fait savoir Romaric Youmou Mbodot, secrétaire général de la CNSS.
Les travaux du majestueux bâtiment situé dans l’enceinte du siège social de l’entreprise de prévoyance sociale ont débuté en 2014. A l’arrêt depuis deux ans pour des raisons inconnus, le chantier suscite des récriminations de la part du voisinage.
« J’ai entendu par l’entrepreneur et les s trottoirs comme on dit que ce bâtiment n’a pas respecté les normes. Moi j’ai un souci, est-ce réellement vous avez fait un venir un entrepreneur pour vérifier la solidité de ce bâtiment-là », s’est inquiétée Annie Collecte Messani, voisine immédiate dudit bâtiment.
Les débris en fer qui se déchaient progressivement de l’échafaudage vétuste ont endommagé des toitures des maisons voisines et des tuyaux d’eau, indique-t-on.
« On a eu les factures ici de 2,800 millions, les maisons n’ont plus d’eau, la SEEG a coupé », a-telle dit.
La direction générale de la CNSS affirme avoir saisi un huissier et un bureau de contrôle pour faire d’une part le constat du chantier et d’autre part expertiser la solidité du bâtiment avant une possible reprise des travaux. De sources autorisées, la construction du bâtiment était prévue en R+3. Elle s’est allongée en R+8 pour des raisons inconnues.


Sydney IVEMBI


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.