65% des 105 000 agents de l’Etat ne sont pas directement impactés par les mesures d’austérité (Ministre)

De gauche à droite Guy Bertrand Mapangou (ministre de la Communication et porte parole du gouvernement) et Jean Fidèle Otandault (Budget et comptes publics) @ Gabonactu.com

Libreville, 5 juillet (Gabonactu.com) – Le ministre gabonais du Budget et des comptes publics, Jean Fidèle Otandault a affirmé jeudi dans une conférence de presse à Libreville que 65% des 105 000 agents de l’Etat ne sont pas directement impactés par les mesures d’austérité notamment concernant la mesure de réduction des salaires.
 
« 65% des agents de l’Etat sont situés au dessous de la tranche des personnes qui perçoivent 650 000 FCFA par mois », a affirmé le ministre qui a ajouté que agents ne sont donc pas concernés par la mesure visant la réduction des salaires.
 
Environ 28% de fonctionnaires et assimilés perçoivent un salaire allant de 700 à 1 000 000 de FCFA, a ajouté le ministre. La tranche des fonctionnaires qui perçoit plus de 2 millions de FCFA chaque mois ne représente que 0,8%, selon le ministre.
 
« La réduction des salaires est un sacrifice demandé à ceux qui gagne un peu plus », a-t-il précisé ajoutant que le gouvernement n’a jamais annoncé des licenciements des fonctionnaires. Un plan de départ volontaire est plutôt envisagé et un départ forcé à la retraite anticipée pour toutes les personnes souffrant d’une maladie handicapante.
 
Selon le ministre les mesures annoncées permettront de réduire la masse salariale actuelle de 10%. Elle s’élève à 710 milliards de FCFA par an. La réduction des effectifs du cabinet présidentiel générera un bénéfice de 3 milliards de FCFA. L’interdiction d’achat des véhicules 4X4 de luxe (-450 millions de FCFA). La suppression des voyages en classe affaires (-9,1 milliards de FCFA. La baisse des loyers de 20% et des baux administratifs (-4,8 milliards de FCFA). La réduction du budget de fonctionnement des institutions (-3,4 milliards de FCFA).
 
En revanche, ces mesures vont permettre d’accroitre les recettes publiques de 14% en 2018. Ceci permettra à l’Etat de rembourser sa dette à hauteur de 1 365 milliards de FCFA d’ici 2019 afin de ramener l’endettement à 40% du PIB en 2020.
 
Le Gabon espère doubler son budget d’investissement en 2017 estimé à 433 milliards de FCFA.


Antoine Relaxe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.