Si je suis Maire de Libreville, le métier de taximan on ne le donne plus aux étrangers, ça doit être les gabonais (Jean Boniface Assélé)

Jean Boniface Assélé est très remonté contre son  allié le PDG qu’il estime l’avoir roulé dans la farine pour la cogestion de la Mairie de libreville @ DR

 

Libreville, 4 octobre (Gabonactu.com) – Le président du Centre  des libéraux réformateurs (CLR, majorité), Jean Boniface Assélé tête de liste  aux locales 2018 dans 3ème  arrondissement de Libreville, a déclaré dans ses différentes causeries politiques de campagne,  de nationaliser le métier de taximan, une fois élu à la tête du conseil municipal de la capitale gabonaise.

« Si je suis Maire de Libreville, le métier de taximan on ne le donne plus aux étrangers, ça doit être les gabonais », a déclaré M. Assélé au quartier Akébé.

Le général à la retraite déplore le fait que le métier de taximan au Gabon  soit contrôlé par des expatriés (Béninois, camerounais, nigérians et ivoiriens). Les gabonais ne s’y intéresse  quasiment pas, sinon peu.

« Ces étrangers-là sont des bandits, ils  viennent ici avec des faux permis de conduire », a-t-il fustigé. L’homme politique qui dit « ne mentira jamais au peuple »  a promis mettre en œuvre des mécanismes pour inciter  les jeunes à s’approprier le métier de taximan, un secteur de souveraineté dit-il laissé à l’abandon.

Jean Boniface Assélé est l’actuel 1er maire adjoint à l’hôtel de ville de Libreville, grâce à l’accord de  cogestion liant  son parti avec le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir).  Il ne dispose cependant d’aucun pouvoir de décision. Sa patronne  Christiane Ossouka Raponda dirige d’une main de fer la plus grande institution municipale du pays.

Durant les  5 ans de mandat écoulé, Jean Boniface Assélé a toujours dénoncé en vain  ce diktat du PDG.

 

Sydney IVEMBI

Suivez nous et Aimez nos pages

3 Commentaires

  1. Ya Bato
    5 octobre 2018 - 21 h 18 min

    Je pense que tonton associe ne fera qu’ appliquer ce que l on observe au Cameroun et dans certains pays de ceux qui viennent faire la loi sur ce métier de taximan regardez même les clandos sont aussi envahient ces mêmes étrangers mais en fin que devient le gabonais chez lui,l homme qui doit désormais subir ces gens là alors tonton s ils boudent ils peuvent aller voir à un autre endroit,le monde est grand et nous ne sommes pas aller les chercher chez eux

    Répondre
  2. Ango
    5 octobre 2018 - 14 h 13 min

    Je suis d’accord avec lui,je ne fait pas de politique mais au Sénégal, Cameroun, etc les chauffeurs de taxi ne sont pas des étrangers ,les jeunes doivent comprendre qu’il est temps de travailler au lieu de passer leur temps a dire que les étrangers volent leurs travail.

    Répondre
  3. FLÉAU
    4 octobre 2018 - 22 h 31 min

    Une déclaration pleine de bonne intentions je pense mais démagogique. Les expatriés on aussi besoin de travailler même si le gabonais reste prioritaire….

    Répondre

Laisser une réponse aux Ango

Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.