Washington invite tous les africains à Libreville en août 2015 pour un forum sur l’AGOA

Libreville, Gabon (Gabon actu.com) – Le Gabon accueillera en août 2015 le 14ème forum de l’African growth opportunities act (AGOA) ou la loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique, a annoncé vendredi à Libreville le ministre du Commerce, Gabriel Tchango lors d’une cérémonie solennelle de restitution du dernier forum tenu à Washington du 2 au 4 août dernier dans la capitale fédérale américaine.

Le forum regroupera tous les ministres africains du Commerce pour faire le point sur le flux des échanges commerciaux entre l’Afrique et les USA grâce à cette loi initiée par l’ancien président américain Bill Clinton pour faciliter l’entrée au pays de l’oncle Sam des produits africains.


Avant l’initiative de Clinton, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) tablait sur un nombre de 4 650 produits africains qui pouvaient entrer dans le marché américain. L’AGOA a ouvert cette liste à 6 300 produits.

instagram dönüştürücü« Cependant, depuis sa mise en œuvre il y a 15 ans, cet instrument de développement n’a pas produit les résultats escomptés, malgré les multiples opportunités qu’il offre », a déclaré le ministre gabonais qui a été élu à la présidence du groupe consultatif des ministres africains de l’AGOA.

L’analyse des échanges entre le Gabon et les Etats-Unis révèle une balance de commerciale excédentaire pour le Gabon. Ce résultat positif s’explique principalement par la forte valeur des exportations constituées essentiellement des matières premières, bois, pétrole et manganèse.

Le traitement tarifaire préférentiel pour les exportations pétrolières fait du Gabon le sixième plus grand exportateur de l ’AGOA, a affirmé la chargée des affaires de l’ambassade des États Unies Amérique à Libreville, Katherine Brucker.

Cependant, les autorités gabonaises soutiennent que le pays n’a pas véritablement profité de l’AGOA pour diversifier son économie. Les produits gabonais admis aux USA sont les mêmes qui l’étaient déjà avant l’instauration de l’AGOA alors qu’en Afrique de l’ouest par exemple, l’AGOA a permis la pénétration aux USA des produits artisanaux comme la noix de cajou et le beurre de karité.

Libreville qui table sur une transformation intégrale sur son sol de toutes ses matières premières avant exportation d’ici 2020 souhaite que Washington ouvre ses portes aux produits industriels made in Gabon.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.