PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Vague d’arrestations : une dizaine de personnes en garde à vue

Vague d’arrestations : une dizaine de personnes en garde à vue

Le ministre de la justice Edgard Anicet Mboumbou Miyakou et Ali Bongo Ondimba président du conseil supérieur de la magistrature © PCP

Plus d’une dizaine de personnes sont actuellement en garde à vue dans le cadre d’une série d’enquêtes ouvertes par la justice gabonaise pour des soupçons de corruption et de blanchiment de grande envergure, a appris Gabonactu.com lundi soir de source très proche de ce dossier dit très très sensible dans les couloirs du palais de justice de Libreville.

Le dossier étant en instruction. Les auditions étant encore en cours et pouvant probablement débouchées sur des nouvelles interpellations, la justice gabonaise a choisi de taire les noms des personnes actuellement gardées à vue, selon la source consultée par Gabonactu.com.


Dans une déclaration officielle lundi soir, le Procureur de la République, Olivier Nzaou a simplement confirmé la mise en garde à vue de plusieurs personnes, sans les citer, dans le cadre de ces enquêtes.

Le Procureur a tout de même précisé que les personnes actuellement privées de liberté relèvent des administrations publiques, parapubliques et établissements bancaires.

La garde à vue peut de ces personnes peut durer 48 heures et peut être prorogée de 8 jours ou plus par décision écrite du procureur de la République, a-t-il expliqué se fondant sur la base du nouveau code de procédure pénale.

Depuis le conseil des ministres du 7 novembre dernier, le pays vit au rythme des rumeurs sur l’arrestation de tel ou tel autre responsable administratif.

Plusieurs sources ont annoncé l’interpellation de Renaud Alloghe Akoué, Directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale et de garantie sociale (CNAMGS), Ismaël Ondias Souna Directeur général de la Société équatoriale des mines et du Directeur général adjoint de Gabon Oil Marketing Jeremy Ayong  (GOM). Toutes ces personnalités ont été limogées de leurs fonctions lors du conseil des ministres du 7 novembre dernier.

Des gabonais évoquent une chasse aux sorcières visant des proches de Brice Laccruche Alihanga, évincé le 7 novembre dernier de son prestigieux poste de Directeur de cabinet du président de la République pour un poste au gouvernement.

Daniel Etienne

Suivez nous et Aimez nos pages

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
pendik escort kartal escort çekmeköy escort escort mersin konya escort mersin escort erotik film izle türkçe altyazılı porno lezbiyen porno sex hikaye mersin escort bodrum escort mersin bayan escort