Taxes abusives supposées de la mairie de Libreville : les commerçants relancent leur grève le 16 décembre prochain

Les membres du bureau de l’UNSAC durant le point de presse le 7 décembre à Libreville ©  Gabonactu.com

L’Union syndicale des acteurs du commerce (UNSAC) a annoncé weekend écoulé la reprise du mouvement de grève interrompu il y a quelques semaines dans la commune de Libreville. Un mot d’ordre qui fait suite à la poursuite des contrôles et abus des agents de la mairie de Libreville sur les commerçants.

Dès le 16 décembre prochain, les commerçants de la commune de Libreville vont à nouveau fermer boutique. C’est ce qu’a annoncé ce week-end l’Union syndicale des acteurs du Commerce. Pour exprimer leur ras le bol face au laxisme de l’hôtel de ville de Libreville dans la règlementation des contrôles et autres abus dont ils font l’objet, les commerçants entendent passer à la vitesse supérieure.

« La grève sera enclenchée le lundi 16 décembre 2019, ce, pour trois jours pour la première semaine jusqu’à l’obtention d’un compromis. Un service minimum sera observé conformément à la loi », a annoncé l’Union syndicale des acteurs du commerce, avant d’appeler à la mobilisation des commerçants pour que « cette grève soit plus ferme que la précédente ».

Pour dénoncer les contrôles excessifs et autres abus des agents de la mairie à leur égard, les commerçants avaient débuté leur mouvement de grève le 6 novembre dernier en fermant durant une journée leurs boutiques et commerces. Un mot d’ordre de grève qui n’avait pas laissé les autorités indifférentes puisque les membres du syndicat avaient été aussitôt reçus par le ministre de l’Intérieur, Edgar Anicet Mboumbou Miyakou et par le maire de Libreville.

Léandre Nzue avait aussitôt annoncé des mesures visant à améliorer le climat des affaires dans la cité, notamment les suppressions des saisies et fermetures abusives et systématiques des boutiques, la restitution des saisies et la tenue des rencontres mensuelles. Près d’un mois après le statuquo demeure.

« Or malheureusement, la situation sur le terrain ne s’est nullement améliorée, les contrôles se poursuivent avec des amendes excessives, des saisies et fermetures à outrance. C’est, toujours systématiquement. Encore moins aucune saisie n’a été restituée jusqu’à ce jour. Toute chose qui nous amène à déduire que ce n’étaient que des accords de dupes », a fait remarquer le syndicat.

Lisa Mboui

Suivez nous et Aimez nos pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.