Catégories
Médias

La radio privée Génération nouvelle interdite durant 3 mois par la HAC

Jean Boniface Assélé, fondateur de la radio Génération nouvelle ©  Gabonactu.com

La Haute autorité de la communication (HAC) a décidé mardi, lors d’une séance plénière, d’interdire la diffusion des programmes de la radi sakarya escorto privée Génération nouvelle, appartenant à Jean-Boniface Assélé, oncle du président de la République Ali Bongo Ondimba suite à des propos incendiaires de M. Assélé contre le numéro un gabonais.  

« Je ne sais pas où est mon neveu. Je dirais tout ce que je sais. A cet âge je n’ai pas peur de parler. Je ne sais pas où il est. Peut-être qu’on l’a même tué. Il est mort. Il a été momifié. Enterré. Je ne sais pas où il est », a notamment déclaré Jean Boniface Assélé au cours d’une émission interactive dénommée « Assélé vous parle ».

La HAC juge ces propos de nature à semer le doute et le trouble auprès des auditeurs et des gabonais.

L’organe de régulation de la communication demande à la direction de ce média de définir une ligne éditoriale assise sur une information honnête, éducationnelle et divertissante et à ne pas permettre à l’ancien général à la retraite de venir exprimer « ses frustrations ».

Il y a quelques mois, la HAC avait déjà infligé un avertissement à la radio qui émet sur la fréquence 97.4 FM. C’est cet avertissement qui justifie la sanction de 3 mois de suspension de diffusion.

La HAC est l’organe de régulation de la communication au Gabon. Elle est composée de 9 membres dont 7 sont nommés par le pouvoir et 2 élus par les journalistes.

Antoine Mayombo

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Gabon Politique

Appel à la démission du premier ministre : le PDG appelle au respect de la constitution

 

Le Parti démocratique gabonais (PDG) a marqué dans une déclaration mercredi sa solidarité à la majorité PDG à l’assemblée nationale et son soutien total à la politique du président de la République Ali Bongo Ondimba.

Il s’agit pour le parti au pouvoir d’apporter sa part de vérité suite aux nombreuses interprétations et commentaires qu’a suscité la dernière communication du Groupe parlementaire PDG à l’Assemblée nationale. La communication lue par son président, le député Martin Mabiala met en avant le soutien des parlementaires aux premier ministre face aux nombreux appels à la démission du gouvernement relayés à travers les réseaux-sociaux.

« Le Parti démocratique gabonais et avec lui ses parlementaires, font du respect scrupuleux de la Constitution de la république gabonaise leur leitmotiv permanent (…). De même, le PDG, parti au pouvoir, et avec lui ses parlementaires, conscients que le président de la République détermine en concertation avec le gouvernement la politique de la Nation ; que cette politique déclinée dans la Déclaration de la Politique générale du premier ministre chef du gouvernement a été récemment présenté à l’Assemblée nationale où elle a reçu le vote majoritaire des Députés menés par le Groupe parlementaire PDG ne devrait pas avoir l’écho interprétatif actuel dans une partie de l’opinion », a déclaré Michel Philippe Nze, en charge de la riposte au sein du PDG.

Comme pour faire œuvre de pédagogie, le parti au pouvoir a rappelé les dispositions légales qui peuvent conduire à la dissolution d’un gouvernement, notamment le président de la République nomme le premier ministre et met fin à ses fonctions de sa propre initiative ; la présentation par le premier ministre de la démission du gouvernement ; à la suite du vote de défiance ; ou à l’adoption d’une motion de censure par l’Assemblée nationale.

Aussi, « le soutien d’un Groupe parlementaires majoritaire à une Politique générale déterminée par le président de la République, en concertation avec le premier ministre chef du gouvernement, tous issus du même parti politique, ne déroge pas aux règles démocratiques et de brouille nullement la prérogative exclusive réservée au président de la République à mettre fin aux fonctions d’un premier ministre ou d’un autre membre du gouvernement. »

Lisa Mboui

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Diplomatie Gabon Libreville Politique

Ali Bongo Ondimba et Faure Gnassingbé parlent de piraterie maritime et de paix

Les présidents Ali Bongo Ondimba et Faure Gnassingbé , jeudi 23 janvier au salon marocain du palais su bord de mer, à Libreville

Le Président de la République, Son Excellence Ali Bongo Ondimba s’est entretenu ce jour en tête à tête avec son homologue du Togo, Son Excellence Faure Essozimna Gnassingbé, à l’occasion d’une visite de travail et d’amitié.

Le Chef de l’Etat et son hôte ont exprimé leur volonté commune de renforcer les relations bilatérales entre le Gabon et le Togo. Ils se sont félicité de l’excellence des liens d’amitié et de fraternité qui unissent les deux pays d’une part, et de la collaboration entamée depuis 2011 entre la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC)
et la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) d’autre part.

Soucieux du développement de leurs sous-régions respectives, les deux Chefs d’Etat ont également abordé entre autres sujets, les questions de développement économique, de piraterie maritime et de paix.

Par ailleurs, le Président de la République a tenu à féliciter son Homologue du Togo pour la réussite du Sommet international réunissant des Chefs d’Etat et consacré à la lutte contre le trafic et la consommation des faux médicaments qui s’est tenu le 18 janvier dernier à Lomé.

Le Président Faure Gnassingbé s’est réjoui de cette rencontre avec son ami et frère du Gabon et a adressé ses remerciements au Chef de l’Etat pour l’accueil chaleureux qui lui a été réservé en terre gabonaise.

Source DCP

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Afrique Diplomatie Libreville

Ali Bongo Ondimba au fait des activités de l’OIF

 

En séjour à Libreville, le Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) Louise Mushikiwabo a été reçu en audience jeudi par le président de la République Ali Bongo Ondimba.

Plusieurs points ont meublé l’entretien entre Ali Bongo et Louise Mushikiwabo notamment le point de situation de l’état de fonctionnement de l’OIF, les réformes en cours et les perspectives ; les questions portant sur l’Education, l’égalité hommes-femmes, l’autonomisation des femmes et des filles, la Jeunesse africaine.

Les deux personnalités ont également abordé le sujet relatif à la tenue prochaine à Tunis en Tunisie, du prochain Sommet de la Francophonie qui célèbrera le cinquantenaire de cette Institution, ainsi que les questions d’intérêt commun au sein de la sous-région Afrique Centrale en général et de l’espace francophone en particulier.

Par ailleurs, le Secrétaire général de l’OIF a saisi l’occasion pour faire un compte rendu au président de la République des décisions issues de la 36ème session de la Conférence ministérielle de la Francophonie dont les travaux se sont tenus en Octobre 2019 à Monaco.

Enfin, le Président de la République et son hôte se sont félicités de l‘excellence des relations de coopération entre le Gabon et l’OIF. Madame Mushikiwabo a réitéré ses encouragements et félicitations au Chef de l’Etat pour l’implication

Source DCP

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Non classé

Des diplomates onusiens s’enquièrent de l’Etat de santé d’Ali  d’Ali Bongo

Ali Bongo Ondimba et ses hôtes au palais présidentiel de Libreville  © CP

Libreville, 14 mai (Gabonactu.com) – Plusieurs diplomates en poste à Libreville et dont les pays siègent au conseil de sécurité de l’ONU se sont rendus lundi au palais présidentiel de Libreville pour s’enquérir de l’Etat de santé du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba.

« Nous, diplomates sommes très rassurés de l’état de santé de S.E.M. le Président de la République Ali Bongo Ondimba. Nous avons saisi l’occasion de cet échange pour nous entretenir sur des dossiers d’ordre bilatéral, multilatéral et des questions d’intérêt commun », a déclaré l’ambassadeur de la Fédération de Russie au Gabon, Dmitry Kourakov, vice doyen du corps diplomatique au Gabon.

Dmitry Kourakov était accompagné de Changchun Hu, ambassadeur de la République Populaire de Chine, Philippe Autié, ambassadeur Haut Représentant de la République Française et de Samuel R. Watson III, Chargé d’affaires de l’ambassade des Etats Unis d’Amérique au Gabon.

Cette rencontre intervient moins d’une semaine après l’accueil par le chef de l’Etat à Libreville de Faure Essozimna Gnassingbé, suivie deux jours plus tard de son entrevue avec le Doyen et le Vice-Doyen du Corps diplomatique accrédité au Gabon.

Ali Bongo Ondimba était critiqué par ses adversaires politiques l’accusant de ne recevoir que ses collaborateurs. Cette critique accréditait la thèse selon laquelle l’homme présenté au public via des vidéos soignée est un sosie.

Le numéro un gabonais a été victime d’un AVC le 24 octobre dernier en Arabie saoudite où il a été hospitalisé durant 1 mois avant d’être transféré au Maroc où il a passé environ 3 mois de convalescence. Il est rentré définitivement au pays en mars dernier.

Antoine Relaxe

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Politique

C’est un sentiment de lourde responsabilité qui nous incombe désormais de se tenir avec droiture à côté du chef l’État (Pierre Claver Maganga Moussavou, VPR)

Pierre Claver Maganga Moussavou lors de l’entretien  le 23 août à Libreville @ Gabonactu.com

 

Libreville, 23 août (Gabonactu.com) – L’opposant Pierre Claver Maganga Moussavou, fraichement nommé Vice-Président de la République s’est dit prêt,  dans un entretien exclusif à Gabonactu.com, à se mettre à la hauteur des dossiers que le Président de la République Ali Bongo Ondimba voudra le confier.

 

« C’est un sentiment de lourde responsabilité qui nous incombe désormais de se tenir avec droiture à côté  du chef  l’État », a déclaré M. Maganga Moussavou, remerciant par ailleurs  le numéro un gabonais pour la confiance placé en lui.

 

Pour le maire de Mouila (sud du pays), cette nomination aux hautes fonctions de l’Etat par Ali Bongo,  revêt un caractère essentiel visant à  « rassembler tout le monde, d’unir tout le monde afin que, dans la paix, dans la sérénité, les Gabonais se mettent au travail et regardent dans la même direction ».

 

La suite du verbatim jeudi en exclusivité dans Gabonactu.com

 

Sydney IVEMBI

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Culture

Ali Bongo donne le coup d’envoi des rencontres culturelles pour célébrer l’indépendance du Gabon le 17 août prochain

Le président Ali Bongo visitant un stand artisanal d’une des 9 provinces du Gabon le 7 août à Libreville @ Gabonactu.com

 

Libreville, 7 août (Gabonactu.com) – Le  président de la République Ali Bongo Ondimba a donné lundi au Jardin botanique de Libreville, le coup d’envoi des  rencontres culturelles provinciales  sous le concept « Gabon 9 provinces » pour célébrer le 57ème anniversaire de l’indépendance du Gabon.

 

 

Le chef de l’Etat était  accompagné du premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet et de plusieurs membres du gouvernement. Il  est allé à la rencontre des dizaines d’acteurs  culturels  des 9 provinces, mobilisés sur l’unique site, pour offrir aux visiteurs une expérience inédite de valorisation des identités régionales.

 

 

 « L’identité d’un pays passe par la culture, c’est au travers de ce genre d’expositions que nous savons d’où nous venons, ce que nous savons et ce que nous sommes, mais toujours avec un sentiment important d’appartenance», a indiqué  le numéro un gabonais.

 

Plusieurs produits artisanaux ont été appréciés @ Gabonactu.com

Les manifestations vont s’étendre sur 9 jours.  Chaque jour, de midi à minuit, une  province va étaler tout son patrimoine culturel. Il y aura la mise en lumière des identités, l’ébullition des talents et de la créativité artisanale.  Pour sûr,  Libreville va vivre au  diapason des multiples expressions enracinées dans l’histoire du Gabon.

 

 

Sous le thème « Célébrons notre indépendance au rythme de nos traditions et de nos identités »,  « Gabon 9 provinces »   est le fruit de la volonté présidentielle de voir prolongé et élargi l’élan populaire suscité par la 13ème édition de la  fête des cultures.  L’exposition artisanale permanente abritant les stands de toutes les provinces  est permanente, tout comme l’espace  réservé aux arts culinaires.

 

Une représentation d’un rite de la province du Haut Ogooué @ Gabonactu.com

Des ateliers et conférences à visée scientifique au concours d’éloquence, aux photographies et aux concerts du soir, ont commencé ce lundi avec la province de l’estuaire.  Cet événement entend vivifier les richesses culturelles de la Nation, comme autant de vecteurs de réjouissance mais aussi comme base de développement d’une économie pourvoyeuse d’auto-emplois dans les services manufacturiers, d’ingénieurie artistique et restauration.

 

 

Également programmé hors-les-murs du Jardin botanique, « Gabon 9 provinces » propose deux nuits thématiques sur l’esplanade du Musée national d’arts et traditions (Masques, le 16  et la  mode, le 19) ainsi qu’un grand bal populaire le 17 août sur l’avenue Jean-Paul II, dans le 2ème arrondissement de Libreville.

 

Camille Boussoughou

Suivez nous et Aimez nos pages