Catégories
Education Société

15 nouvelles salles de classe pour le lycée Muhamed Arissani

Le nouveau bâtiment du lycée Muhamed Arissani © D.R

Le Conseil supérieur des affaires islamiques du Gabon (CSAIG) a doté le lycée Muhamed Arissani, situé à Nzeng-Ayong dans le 6ème arrondissement de Libreville, d’un bâtiment flambant neuf R+3 de 15 salles de classe pour remédier au problème des effectifs pléthoriques qui se pose avec acuité dans cet établissement d’enseignement privé islamique comme dans bien d’autres du pays.

L’inauguration de ce bâtiment financé sur fonds propres du CSAIG a eu lieu le 14 décembre. C’est le Ministre de l’Enseignement supérieur et de l’Education nationale, Pr Patrick Mouguiama Daouda qui a exécuté le geste symbolique.  L’édifice construite aux normes requises, intègre également une grande salle de conférence. Le bâtiment est  accolé des vestiaires et d’un plateau sportif pour l’épanouissement des élèves.

La route menant vers le cimetière musulman de Bikelé desormais praticable à toutes saisons © D.R
La route menant vers le cimetière musulman de Bikelé désormais praticable à toutes saisons © D.R

« La construction de ce bâtiment s’inscrit dans la droite ligne d’un ambitieux programme des travaux de restructuration, de réhabilitation et de rénovation des infrastructures de notre communauté, afin de mettre à la disposition de la communauté musulmane en particulier et tous les citoyens de ce pays en général des infrastructures répondant aux standards admis et jouer ainsi notre rôle de partenaire au développement de notre pays », a indiqué lors de son mot circonstanciel, l’imam Ismaël Oceni Ossa, président du CSAIG .

Outre le nouveau bâtiment du lycée Muhamed Arissani, le CSAIG a dans la mise en œuvre de son programme à forte tonalité sociale, a réhabilité la morgue de la Mosquée centrale et la bretelle menant au cimetière musulman de Bikelé localisé dans la banlieue sud de Libreville. Jadis en piteux état, la route revêtue en béton bitumineux est désormais praticable toutes saisons.

L’identification des tombes se fera dorénavant avec les numéros en fer © D.R
L’identification des tombes se fera dorénavant avec des numéros inscrits sur des plaques métalliques © D.R

Les travaux de nettoyage et d’assainissement ont été également réalisés sur la plateforme du cimetière. Les numéros de chaque tombe seront désormais inscrits en fer, non plus en bois, un matériel dégradable. Une manière de mieux identifier les tombes.

Le CSAIG a dans la foulée mis en place, un nouveau comité pour assurer l’entretien du cimetière dont les tombes étaient quelque peu à l’abandon.

Pour l’imam Ismaël Oceni Ossa, « il ne faut jamais abandonner nos morts. Un cimetière est un endroit qu’on doit bien entretenir à l’image de nos maisons ».

Camille Boussoughou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Education Santé

Lutte contre le Covid-19 : l’UNICEF dote 757 établissements scolaires du Gabon des dispositifs sanitaires

Le Ministre de l’Enseignement supérieur et de l’Education Nationale, Pr Patrick Mouguiama Daouda, exécutant le geste symbolique de lavage des mains par le nouveau cubitainer installé à l’école de Malibé 1 le  4 décembre  © Gabonactu.com

Le Ministre de l’Enseignement supérieur et de l’Education nationale, Pr Patrick Mouguiama Daouda, a procédé vendredi à la remise officielle et symbolique des stations de lavage des mains et d’autres produits sanitaires à 757 établissements scolaires (primaires et secondaires) disséminés à travers le territoire national pour lutte contre la propagation du Covid-19 en milieu scolaire.  

La remise de ce dispositif sanitaire a eu lieu à l’école publique de Malibé 1 sise dans la commune d’Akanda, au nord de Libreville. Elle s’inscrit dans le cadre de la deuxième phase du ‘’Projet d’appui en eau, hygiène et assainissement et mesures de prévention et de lutte contre les infections dans les milieux scolaires’’ , initié par l’UNICEF en étroitement collaboration avec le gouvernement et l’appui financier de la banque mondiale. L’AFD et l’OMS sont également parties prenantes.

Le dispositif sanitaire dont la distribution se fait progressivement il y a peu dans les différents établissements scolaires du pays, est composé des produits d’hygiène des mains, le nettoyage, la désinfection, la gestion des déchets, les équipements de protection individuelle et le contrôle de la qualité de l’eau.

Les officiels posant pour la postérité avec quelques élèves de l’école de Malibé 1© Gabonactu.com
Les officiels posant pour la postérité avec quelques élèves de l’école de Malibé 1© Gabonactu.com

Selon le projet, ces produits serviront directement 757 établissements scolaires, à la scolarisation et protection de plus de 450 000 élèves et personnel d’enseignement et administratif du primaire et du secondaire, répartis sur l’ensemble du territoire.  Les responsables d’établissements ont été invités à faire bon usage dudit matériel sanitaire.

« On a parfois l’impression que dans certains établissements, une fois que les choses sont installées, une fois que le message est passé par les plus hautes autorités plus rien ne se fait. Il faut accorder du temps dans les salles de classe, il faut accorder quelques minutes chaque matin à rapper aux enfants, aux enseignants, aux personnels, l’importance du respect des mesures de sécurisation sanitaire », a instruit M. Mouguiama Daouda durant son mot de circonstance.

Dans son intervention, Donatien Tameko, reprenant de l’UNICEF par intérim, a indiqué que « ce projet est pour l’UNICEF une opportunité supplémentaire de démontrer notre engagement à œuvrer aux côtés du gouvernement gabonais, pour l’éducation, la santé et le bien-être des enfants du Gabon ».

Aussi, a-t-il ajouté que cet appui s’inscrit dans le cadre de l’élaboration et de la mise en place d’une stratégie nationale de WASH dans les écoles à l’échelle du pays soutenue par un compact qui permettra de mobiliser les ressources nécessaires à ce projet d’envergure qui aura un impact majeur sr l’éducation, la survie, le développement et le bien-être des enfants.

Camille Boussoughou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Education

Baccalauréat : le gouvernement honore les meilleurs bacheliers 2020

Le Ministre de l’Enseignement supérieur et de l’Education Nationale, Pr Patrick Mouguiama  et son adjointe, Camélia Ntoutoume posant pour la postérité avec les meilleurs bacheliers 2020 le 3 novembre à Libreville  © Gabonactu.com

Le Ministre de l’Enseignement supérieur et de l’Education Nationale, Pr Patrick Mouguiama Daouda a honoré à travers des cadeaux  lors d’une cérémonie sobre organisée au lycée national Léon Mba, 22 nouveaux meilleurs bacheliers ayant obtenu une moyenne, oscillant entre 12 et 15, toutes séries confondues.

Chaque meilleur bachelier 2020 a reçu des mains du membre du gouvernement et son adjointe, Camélia Ntoutoume, un ordinateur flambant neuf, une encyclopédie et un bon d’achat d’une valeur de 200 000 FCFA. L’action visait à encourager et soutenir ces nouveaux étudiants dans la poursuite de leurs études universitaires.

« Chers élèves, vous initiez une tradition que nous voulons pérenne dorénavant, il s’agit de féliciter, gratifier les meilleurs élèves sur tout l’ensemble du territoire, à tous les niveaux, et éventuellement dans certaines disciplines », a déclaré M. Mouguiama Daouda, félicitant au passage les nouveaux cracks.

Selon le membre du gouvernement, cette initiative constitue une émulation devant contribuer à détecter précocement les talents chez les élèves pour un meilleur accompagnement dans leurs études.

Parmi les lauréats, Nathan Blaise Mihindou Mi Nzambe. Le plus jeune (14 ans) candidat qui a fait la Une de l’actualité au mois de septembre dernier, a décroché son bac série C avec une moyenne de 13,21/20.

Camille Boussoughou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Education

Gabon : 30000 candidats démarrent les épreuves du baccalauréat 2020

Quelques candidats au bac 2020 planchant sur une des épreuves le 20 août à Libreville  © Gabonactu.com

Le Ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur, Pr Patrick Mouguiama Daouda, a visité jeudi les différents centres   d’examen du baccalauréat qui se déroule concomitamment sur l’ensemble du territoire avec 30 000 candidats en lice toutes séries confondues.

Le périple du membre du gouvernement qu’accompagnait son délégué Camélia Ntoutoume s’est déroulé au lycée Paul Indjendjé Goundjout (ex-lycée d’Etat de l’Estuaire) avant de se déporter au lycée Lubin Martial Ntoutoume de Ntoum, situé à 40 km de Libreville.

Le ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur, Pr Patrick Mouguiama Daouda visitant le centre d’examen du lycée Paul Indjendjé Gondjout de Libreville
Le ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur, Pr Patrick Mouguiama Daouda visitant le centre d’examen du lycée Paul Indjendjé Gondjout de Libreville © Gabonactu.com

Cette visite avait pour objectif de toucher du doigt les meilleures conditions d’organisation du baccalauréat 2020.  Ces conditions axées sur des obligations de confidentialité et de ponctualité pour que les épreuves se passent bien concernant les membres du secrétariat et le jury de l’examen.

Dans les salles de classe, les candidats sont assis en tenant compte de la distanciation sociale.  Une mesure barrière contre le Coronavirus qui s’ajoutent à celles liées à la désinfection des mains et du port obligatoire du masque.

Pour le Pr Patrick Mouguiama Daouda, toutes les instructions fermes données pour une organisation parfaite de l’examen sont bien respectées, nonobstant le stresse des impétrants.

« Il y a un peu de stresse mais ce stresse est normal, c’est humain, c’est physiologique que d’avoir ces moments de tension et d’inquiétudes. Mais il faut dépasser ça et puis rester serein. Quand on a bien préparé son examen, quand on a bien suivi les cours il n’y a aucune raison que ça ne se passe pas bien », a déclaré M. Mouguiama Daouda qui a encouragé les candidats.

Pour toutes les séries, le bac a démarré par une épreuve du sport écrit obligatoire. La pratique du sport physique étant interdite à cause du Covid-19.   La délibération de l’examen se passera sous forme numérique. Les SMS seront envoyés, indique-t-on,  à tous les candidats intégrés dans une plateforme baptisée : « bac 2020 ». Toutefois, il y aura des affichages à minima des résultats

Les deux tours du baccalauréat se dérouleront sur l’intervalle du 20 août au 10 septembre prochain.

Antoine Relaxe

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Education

Refuser l’accès à l’université à une personne à cause de l’âge est une discrimination selon Aimé Regis Renombo, homme politique

Le président du REP Aimé Régis Rénombo ©  D.R          

Le président du Rassemblement espoir pour le peuple (REP, centriste), Aimé Régis Rénombo a dans une tribune libre fustigé la décision annoncée recensement par le ministre de l’éducation nationale Patrick Daouda Mouguiama portant sur le critère d’âge pour s’inscrire à l’Université Omar Bongo l’année académique 2020-2021.  Pour l’homme politique, cette décision constitue une discrimination sur le plan du droit, exercé   à l’encontre des potentiels étudiants plus âgés   qui doivent dit-il avoir les mêmes chances.

« L’ ÂGE COMME CRITÈRE D’ACCÈS À L’UNIVERSITÉ.

Si le problème des grèves incessantes et des années académiques interminables n’est pas préalablement réglé, entrer à l’université à 16 ans n’y changera rien si c’est pour en ressortir à 25 ou 29 ans.

Par ailleurs, je ne serais pas surpris que la décision visant à contraindre une partie des bacheliers à la formation professionnelle soit anticonstitutionnelle car il s’agit d’une discrimination qui de mon humble avis porte atteinte au principe de liberté.

Le droit de choisir son métier et donc sa formation devrait être la prérogative exclusive de chaque citoyen.

Comment comprendre que chaque citoyen jouit de la liberté fondamentale de choisir son domicile (Art. 1er, alinéa 11) de la constitution et que de l’autre côté, le choix de sa profession et donc de sa formation lui soit imposé ?

Le même article 1er cette fois-ci en son alinéa 18 dispose que : ” l’Etat garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture.”

Le refus d’accorder l’accès à l’université sur le critère de l’âge est clairement une inégalité et une discrimination.

Comment attendre de Paul qu’il soit un bon boulanger (formation professionnelle) alors que son rêve était de devenir médecin ou avocat formation essentiellement administrée à l’université.

La compétence ne saurait s’exprimer dans la contrainte.

Si l’Etat peut et doit s’impliquer dans la formation de nos enfants, il doit le faire dans le strict respect de la loi.

Nonobstant ce qui précède, force est de reconnaître que cette volonté de réforme part d’un bon sentiment.

#legabondoitetreunechancepourtous ».

Gabonactu.com

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Economie

Reprise des cours : déclaration du Ministère de l’Éducation nationale

Le DG du Ministre de l’Éducation nationale, Théodore Koumba durant sa déclaration le 19 juillet à Libreville © Gabonactu.com

Le Secrétaire général du ministère de l’éducation nationale, Théodore Koumba  a au nom du ministre de tutelle, Pr Patrick Mouguiama Daouda fait une déclaration dont Gabonactu.com a obtenu copie pour rassurer les parents d’élèves et le monde enseignant de la mise en place dans les établissements scolaires d’excellentes conditions de reprise de cours sur l’ensemble du territoire national. Lecture !   

« Chers élèves,

Chers parents d’élèves,

Chers membres de la communauté éducative,
takipçi dlive

Mesdames et Messieurs

Nous nous réjouissons de ce que nous sommes à la veille de la reprise des activités pédagogiques.

Le lundi 20 juillet 2020, les élèves des classes de terminale et ceux préparant les examens professionnels retrouveront leur classe après quatre mois d’interruption suite à la décision courageuse prise par le gouvernement le 14 mars, afin de lutter contre la propagation de cet ennemi invisible qu’est la Covid-19.

Il s’agit là, incontestablement, d’un acte politique majeur, assumé en toute responsabilité par les plus hautes autorités du pays, et partagé en toute solidarité par l’ensemble des acteurs consciencieux de la communauté éducative.

Pour le gouvernement, il fallait éviter une contamination massive et une propagation de cette pandémie, aux conséquences négatives et multisectorielles, sur les populations manifestement vulnérables.

Le 30 juin dernier, le gouvernement a annoncé solennellement la reprise des cours pour le 20 juillet, précédée de la préparation des établissements par une vaste opération d’assainissement et de désinfection, suivi de la reprise des activités administratives sur l’ensemble du territoire national en date du 13 juillet 2020.

D’ici, nous entendons une interrogation légitime que se posent particulièrement les parents, à savoir :

Est-ce que le coronavirus a été vaincu au point de rouvrir les établissements scolaires ?

Au nom du Ministre en charge de l’Education Nationale, je vous dis, chers parents, chers enseignants, chers élèves, le coronavirus est encore là. Toutefois, il nous faut intégrer de nouvelles habitudes.

Pour cette reprise de cours, des dispositifs de sécurité sanitaire ont été mis en place pour la communauté éducative.

Chers élèves,

Chers parents d’élèves,

Chers membres de la communauté éducative,

Mesdames et Messieurs

Cette reprise se fait dans un contexte particulier.

Particulier du fait de la covid-19, qui nous contraint à changer nos habitudes, par le port obligatoire du masque, le contrôle régulier de la température corporelle, le lavage systématique et régulier des mains et le strict respect de la distanciation sociale, communément appelé gestes barrières. Ce sont aujourd’hui, des réflexes qui régentent notre vie. A cet effet, un protocole sanitaire a été réalisé.

Particulier aussi, du fait qu’en raison de la crise sanitaire mondiale, marquée dans de nombreux pays, y compris les plus développés, certains ont opté pour l’année blanche, d’autres, ont tenu compte des contrôles continus.

Mais pour Monsieur le Président de la République Chef de l’État, son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, ainsi que pour son Gouvernement, l’option d’une année blanche qui est lourde de conséquences, n’a jamais été envisagé.

Chers élèves,

Chers parents d’élèves,

Chers membres de la communauté éducative,

Mesdames et Messieurs

Durant cette période de confinement, le gouvernement a bénéficié de l’appui technique des partenaires au Développement (Banque Mondiale, l’UNICEF, l’UNESCO, l’AFD..) et ONG nationales (Top Sciences, l’incubateur scientifique, blanc cristal …), pour la mise en œuvre de l’enseignement à distance. C’est pourquoi, au nom du Gouvernement de la République, le Ministre de l’Éducation Nationale, chargé de la Formation Civique tient à remercier sincèrement l’ensemble de ces partenaires pour la sensibilité dont ils ont fait montre et qui s’est traduite par une réaction diligente de leur part.

Monsieur le Ministre tient également, à exprimer toute sa reconnaissance à l’apport multiforme des différents départements ministériels.

A ce jour, les informations reçues de l’OMS et du COPIL révèlent une tendance baissière des cas de contamination à la mi-juillet. Mais le COPIL reste exigeant sur l’observation stricte des mesures barrières.

C’est pourquoi pour minimiser les risques, Le Ministère de l’Education Nationale, Chargé de la Formation Civique a opéré des choix en faisant revenir les seuls niveaux de terminales afin d’obtenir des classes de vingt élèves, maximum.

Les examens professionnels et les Baccalauréats Général, Technologique et Professionnel ont été retenus pour permettre aux futurs lauréats, de prétendre s’inscrire aux grandes écoles et universités pour l’année académique 2020-2021. Quant aux autres niveaux, le passage en classe supérieure pour le secondaire prend en compte les deux trimestres sur trois et trois paliers sur cinq pour le primaire.

Concernant les déplacements des apprenants, des bus seront affrétés gratuitement leur transport exclusif.  Évidemment, dans le respect strict et scrupuleux des mesures de sécurisation sanitaire. De même, la sécurité des établissements scolaires et centres d’examens est pleinement garantie.

Chers élèves,

Chers parents d’élèves,

Chers membres de la communauté éducative,

Mesdames et Messieurs

La réussite de la reprise des activités pédagogiques et l’organisation des examens est un défi majeur.

Liés par un intérêt commun, nous devons préserver et garantir l’avenir de nos enfants, et crédibiliser les examens.

Le Ministère de l’Education Nationale Chargé de la Formation Civique appelle au patriotisme de la communauté éducative nationale et à une nouvelle ère de responsabilité partagée pour promouvoir un nouveau sens de la citoyenneté.

Bonne reprise des cours à toute la communauté éducative !

Bonne chance à tous les candidats aux examens !

Je vous remercie »

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Education

Reprise des cours : des kits sanitaires pour élèves et enseignants

Le ministre sortant de l’éducation nationale Yolande Nyonda le 19 juillet des kits sanitaires à Libreville © Gabonactu.com

Le ministre Délégué sortant à l’Education nationale, Yolande Nyonda a remis symboliquement dimanche à Libreville des kits sanitaires aux élèves et chefs d’établissements scolaires qui se chargeront de distribuer à tous les enseignants du Gabon.

La cérémonie de remise de ces kits sanitaires a eu lieu à l’esplanade du secrétariat général du ministère de l’éducation nationale. Quelques élèves et responsables d’établissements  ont fait le déplacement pour recevoir leurs kits composés des masques alternatifs et du gel hydroalcoolique devant leur permettre de lutter contre l’épidémie du Coronavirus au sein des établissements.

« Aujourd’hui 19 juillet à la veille de rentrée scolaire, nous remontons symboliquement à ces élèves ici présents mais à travers eux tous les élèves du Gabon, ces kits sanitaires composés de masques et de gel hydroalcooliques », a indiqué Mme Nyonda.

Le membre du gouvernement désormais muté au ministère des affaires étrangères au dernier remaniement gouvernemental a précisé que les bus de transport seront également mis gratuitement à la disposition des élèves pour faciliter leur déplacement.

« Je suis donc venu au nom du Pr Patrick Mouguiama Daouda souhaité bonne chance à ces élèves qui vont reprendre les cours après quasiment 4 mois et demi d’arrêt, en les garantissant que le gouvernement est à leurs côtés pour que leur bac puisse se passer dans d’excellentes conditions », a-t-elle souhaité.

Cette opération de remise des kits sanitaires au monde éducatif constitue la seconde phase. La première a eu lieu le 12 juillet dernier. Le ministère de l’éducation nationale a remis en tout plus de 100 mille masques associés aux milliers des gels hydroalcooliques.

Antoine Relaxe

 

 

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Education

Le nouveau calendrier scolaire 2019-2020 réaménagé    

Elèves à l’entrée principale du lycée Paul Indjedjé Gondjout (ex lycée d’Etat de l’Estuaire) de Libreville  © D.R

Le ministre de l’Éducation nationale, Pr Patrick Mouguiama Daouda, a rendu public jeudi le nouveau calendrier  scolaire qui permettra au gouvernement de valider l’année académique  2019-2020.

Le calendrier scolaire réaménagé  indique que la période du 13 juillet au 25 juillet est consacrée à la rentrée administrative et au conseil classe pour les classes sans examens (1ère 2ème 3ème et 4ème année primaire, et 6ème 5ème, 4ème, 2nd et 1ère  pour le lycée).

Les conseils de classe ne prendront en compte que les deux premiers trimestres pour valider le passage en classe supérieur des élèves en classes intermédiaires.

Du 20 juillet au 14 août, les cours reprendront uniquement pour les classes de terminale. Les classes de 5ème année primaire et 3ème  quant à elles ne reprendront pas.

Une procédure particulière sera mise en place par le ministère pour assurer le passage en 6ème des élèves de 5ème année primaire.

Les conseils de classe prendront également en compte les deux premiers trimestres pour  valider le passage en classe supérieur des élèves de  3ème.

Les deux tours du baccalauréat se dérouleront du 20 août au 10 septembre. La rentrée administrative de l’année scolaire 2020-2021 aura lieu le 26 Octobre. Le 9 novembre sera consacré à la rentrée effective des classes qui se fera par télé enseignement dans les villes ayant un accès à internet et une couverture télévisée.

18 000 cahiers pédagogiques seront distribués aux élèves résidant dans Les localités non couverte par la télévision et internet.

Antoine Mayombo 

Suivez nous et Aimez nos pages

sivas escort
manisa escort
diyarbakır escort
trabzon escort

Suivez nous et Aimez nos pages

betebet
mobilbahis
bets10
cratosslot

Suivez nous et Aimez nos pages