Catégories
Politique Reportages

La CEEAC amorce sa dernière ligne droite vers sa renaissance

Siège de la CEEAC à Libreville © Gabonactu.com

La Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) est sur le point de renaître après plusieurs années de léthargie.

Mardi, les ministres des Affaires étrangères des 11 Etats membres de la communauté ont noté avec satisfaction que les réformes initiées depuis plusieurs années aboutiront dès fin juillet par la mise en place des nouvelles institutions dirigées par des personnalités nouvelles dont la mission fondamentale sera de booster l’intégration régionale qui a accumulé un retard énorme par rapport à d’autres régions.

Selon un communiqué publié à l’issue de la réunion de mardi dirigée par visioconférence par le ministre gabonais des Affaires étrangères, Alain Claude Bilie By Nze, huit pays sur onze ont ratifié le Traité révisé de la communauté. Le quorum est largement atteint pour l’entrée en vigueur du nouveau traité.

La principale innovation majeure de ce nouveau traité c’est la dissolution du Secrétariat général de l’institution qui deviendra « La Commission de la CEEAC ». Le Secrétaire général sera remplacé par le Président de la Commission. Celui-ci sera secondé par un Vice-Président.

L’institution comptera 5 commissaires dont chacun s’occupera d’un volet précis.

Alain Claude Bilie By Nze, ministre gabonais des Affaires étrangères est l'une des chevilles ouvrières de la réforme de la CEEAC Siège de la CEEAC à Libreville © Gabonactu.com
Alain Claude Bilie By Nze, ministre gabonais des Affaires étrangères est l’une des chevilles ouvrières de la réforme de la CEEAC Siège de la CEEAC à Libreville © Gabonactu.com

Outre le traité, la réunion de mardi a noté que 7 pays sur 11 ont répondu au critère d’apurement de 40% de leurs arriérées de cotisations statutaires. Seuls ces pays sont autorisés à soumettre des candidats aux différents postes créés.

A propos des candidatures aux postes de la commission, seuls les 7 pays à jour de leurs cotisations occuperont les postes à pouvoir à savoir un poste de président, un vice-président et 5 commissaires.

« Le Conseil a donné mandat au président de mener des consultations pour proposer de la répartition des postes, une proposition qui sera examinée au cours de la 12è session extraordinaire du conseil des ministres qui se tiendra le 26 juillet 2020 », lit-on dans le communiqué.

Soucieux d’aller très vite, le conseil a adopté le chronogramme suivant :

  • Réunion de la Commission consultative (du 23 au 25 juillet 2020)
  • Conseil des Ministres (le 27 juillet 2020)
  • Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC (le 30 juillet 2020).
  • Le mois d’août 2020 sera consacré à la préparation des dossiers de passation de service, à l’arrivée à Libreville des commissaires.
  • L’entrée en fonction des nouveaux dirigeants de la Commission étant prévue pour le 1er septembre 2020

Carl Nsitou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Politique

CEEAC : début mardi de la présélection des candidats aux postes de commandement de l’institution

Siège de la CEEAC à Libreville© Gabonactu.com

 

Le Conseil des ministres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) qui se tient ce mardi au siège de l’institution présélectionnera les candidatures aux postes de commandement de cette institution d’intégration régionale, indique un communiqué reçu par Gabonactu.com

La rencontre sera présidée par le ministre gabonais des Affaires étrangères, président du conseil des ministres de la CEEAC, Alain Claude Bilie By Nze.

Selon des récentes réformes, la CEEAC ne sera plus dirigée par un Secrétaire général. Il y aura désormais un président secondé par un Vice-Président, des commissaires et des experts. Fini l’époque où chaque Etat imposait ses ressortissants à certains postes sans forcément avoir la compétence nécessaire pour assumer les fonctions y relatives.

Tous les hauts cadres de la CEEAC ne seront plus nommés mais recrutés. Après un récent appel d’offre, un cabinet indépendant a sélectionné les meilleurs dossiers étudiés ce mercredi par les ministres. Le choix final sera effectué par les chefs d’Etat, après audition des candidats, comme à l’Union africaine.

L’ambition est de booster le fonctionnement de la CEEAC et par ricochet l’intégration régionale qui traine le pas.

Les dossiers examinés par les ministres seront soumis à l’approbation des chefs d’Etat de la région qui pourront tenir un sommet à la mi-juillet, selon une source bien informée.

L’équipe du Secrétariat général actuel assurera la transition jusqu’à l’installation des nouveaux élus à leurs postes respectifs.

En temps, le Secrétariat général qui pilote la réforme en coordination avec le Gabon assurant la présidence tournante de l’institution recommande aux Etats de ratifier assez rapidement le nouveau traité révisé de l’institution afin de normaliser toutes les reformes.

Carl Nsitou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Diplomatie Politique

Visa Schengen : l’UE n’a pas ignoré la bouderie du Gabon

Rosario Bento Pais avec le ministre gabonais des Affaires étrangères Alain Claude Bilie By Nze © Archives UE

Le chef de la Délégation de l’Union européenne (UE) au Gabon, Mme Rosario Bento Pais s’est rendue ce vendredi au cabinet du ministre gabonais des Affaires étrangères pour une séance de travail deux jours après un communiqué ferme du Gabon interdisant à ses missions diplomatiques et postes consulaires de délivrer un visa à un ressortissant de l’un des 27 pays membres de l’UE tant que les gabonais resteront interdits d’entrer dans l’espace Schengen.

Alain Claude Bilie By Nze, ministre gabonais des Affaires étrangères a martelé que son pays a simplement appliqué le sacro-saint principe diplomatique de la réciprocité.

Mme Rosario Bento Pais accompagnée de quelques diplomates des pays membres de l’UE a refusé de parler d’un bras de fer entre le Gabon et l’UE. Elle a expliqué que dans un premier temps, le Gabon figure bien sur la short liste des 15 pays dont les ressortissants ne sont pas autorisés d’entrer dans le territoire européen à cause de la pandémie du Covid-19.

« La liste n’est pas définitive. Elle sera révisée tous les 15 jours », a indiqué Mme Bento Pais à la sortie de la rencontre.

« Il n’y a pas de petite souveraineté. Le Gabon exerce sa souveraineté en tant qu’Etat souverain », a insisté le ministre Bilie By Nze s’exprimant également à l’issue de la séance de travail. Le ministre a tout de même rappelé que le Gabon et l’Europe sont liés par des partenariats. Le patron de la diplomatie gabonaise a aussi refusé de parler de « bras de fer » entre les deux parties.

Les citoyens gabonais, ont, sur les réseaux sociaux, appréciés favorablement la fermeté de leur gouvernement qu’ils estiment avoir des leçons à administrer aux européens en matière de gestion de la pandémie du Covid-19. En près de 4 mois de lutte, le Gabon a enregistré 44 décès liés à la pandémie alors que les compteurs se sont très gravement affolés dans l’espace Schengen.

Certains gabonais ont rappelé que l’UE a précipité la faillite de plusieurs compagnies aériennes africaines ont les classant régulièrement sur une liste noire. Cette mauvaise publicité a plombé l’image de ces compagnies qui ne pouvaient plus transporter une catégorie de clients même sur les lignes intérieures au profit des compagnies européennes.

Marie Dorothée  

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Diplomatie

Un tweet de Bilie By Nze fait des émules dans les réseaux sociaux

 

Un tweet du ministre gabonais des Affaires étrangères, Alain Claude Bilie By Nze bat le record de j’aimes sur ce réseau social le moins pratiqué par les gabonais plutôt adeptes de Facebook et WhatsApp.

 

Dans son tweet, Bilie By Nze annonce avoir instruit les ambassadeurs et consuls du Gabon à l’étranger de ne pas délivrer de visa aux citoyens des 27 Etats membres de l’Union européenne (UE) qui désirent se rendre au Gabon pour faire du tourisme.

 

« Par mesure de réciprocité, je viens de demander aux Ambassadeurs et Consuls du Gabon de ne pas délivrer de visas tourisme aux ressortissants des États(27) de l’#UE qui désirent se rendre au Gabon, jusqu’à nouvel ordre », a notamment écrit le patron de la diplomatie gabonaise.

 

Ce tweet a enregistré 1,3 k j’aimes en 5 heures. Il a été retweeté 873 fois.

 

Le Gabon réagi ainsi parce qu’il ne figure pas en effet sur la liste des pays dont les citoyens sont autorisés d’entrer dans l’espace Schengen à cause de la pandémie du Coronavirus.

 

Le Gabon avait déjà menacé lundi dernier de faire valoir le principe de la réciprocité.

 

Selon le dernier bilan publié mercredi par le comité de pilotage de la lutte contre le coronavirus, le Gabon a réalisé 38 692 tests de dépistage du Covid-19, 5 513 se sont révélés positifs, 2 508 guérisons enregistrées contre 42 décès.

 

Les pays membres de l’UE ont connus des situations pires par rapport au Gabon.

 

Carl Nsitou

Suivez nous et Aimez nos pages

kaçak bahis
güvenilir bahis siteleri
kaçak bahis siteleri

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Non classé

Un étudiant Gabonais s’est fait agressé au couteau par un raciste européen en Allemagne

Le ministre gabonais des Affaires étrangères,  Alain Claude Bilié By Nzé, a indiqué lundi via un poste sur sa page Facebook qu’un étudiant gabonais nommé Daniel Mintsa Biyoghe s’est fait agresser  au couteau le samedi 6 juin par un raciste européen en Allemagne.

« C’est avec stupeur que nous avons appris l’agression au couteau d’un jeune compatriote, étudiant dans le sud de l’Allemagne, dans le Land de la Sarre. D’après notre ambassadeur en Allemagne, le jeune Daniel Mintsa Biyoghe a été poignardé le samedi 6 juin par un individu de type européen », a indiqué M. Bilié By Nzé

« Au regard des premiers éléments qui semblent attester de manière irréfutable le caractère raciste de cette agression. (…) le Gabon, pays de paix et d’hospitalité, condamne le racisme sous toutes ses formes », poursuit le ministre qui a instruit l’ambassadeur du Gabon en Allemagne de saisir les autorités de ce pays amis et d’engager toutes les procédures de droit, afin que justice soit faite.

Les jours du jeune Daniel Mintsa Biyoghe ne sont pas en danger. Le numéro un de la diplomatie gabonaise a indiqué qu’il bénéficiera de l’accompagnement consulaire nécessaire pour assurer sa protection.

Le ministre des Affaires étrangères gabonais entend recevoir ce mercredi matin, l’Ambassadeur d’Allemagne au Gabon pour lui faire part de la  protestation et de la vive préoccupation des autorités Gabonaises.

« Rien ne peut justifier qu’un être humain soit victime de maltraitance ou d’agression sur le seul fait qu’il est d’une couleur de peau différente. Au moment où l’affaire Georges Floyd mobilise les rues du monde, il est bon de se rappeler que nous devons tous agir contre le racisme », a conclu le ministre dans son communiqué.

Eudes Rinaldy Leboukou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Diplomatie Politique

Rapatriement des gabonais bloqués à l’étranger : sévère mise en garde de l’ambassade du Gabon en France

Dans un communiqué, l’ambassade du Gabon en France adresse une sévère mise en garde contre tout citoyen régulièrement inscrit sur la liste du rapatriement et qui ne se présentera pas à l’embarquement sans raison valable.

« L’Ambassade précise, à toutes fins utiles, que tout désistement non signalé dans un délai de 24 heures après la publication du présent communiqué expose l’intéressé(e), sauf cas de force majeure, au remboursement immédiat du billet de rapatriement au Trésor public », lit-on dans le communiqué daté du 18 mai.

Selon un décompte officiel, 348 personnes sont sur la liste des gabonais bloqués en France suite à la fermeture des frontières pour freiner la propagation du Covid-19. Ils se seraient librement fait inscrire pour regagner le bercail.

Le gouvernement organise leur rapatriement le 24 mai prochain via un vol de la compagnie Air France qui quittera Paris à 9 heures du matin.

Lors de la première phase de cette opération gouvernementale, quelques 71 passagers ont manqué à l’appel. Sur 179 gabonais inscrits et à rapatrier, 108 seulement ont été ramené au pays. Les autres ne se sont pas présentés à l’embarquement.

On rappelle que selon le programme publié par le ministère gabonais des Affaires étrangères, la seconde phase débute ce mardi 19 mai et se poursuivra jusqu’au 25 mai, sauf changements.

Marie Dorothée

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Diplomatie Fait divers Politique Social Société

Sit-in des gabonais bloqués à Lomé : le gouvernement regrette un malentendu et appelle au calme

Les images d’un sit-in des gabonais devant l’ambassade de leur pays à Lomé au Togo ont rapidement fait le tour des réseaux sociaux ce mardi. L’on y observe des personnes assises à côté de leurs valises et une autre répétant le refrain d’une chanson du célèbre musicien gabonais Pierre Claver Akendengué : « pitié, pitié, pitié mon Dieu…… Pitiééééééééé ayez pitiééééééééé ….ayez pitiééééééééé ».

Ces gabonais bloqués à Lomé au Togo souffraient tranquillement dans leurs lieux de résidence lorsqu’ils ont appris que le gouvernement de leur pays avait autorisé un vol spécial de la compagnie Asky d’opérer la desserte de Libreville pour leur rapatriement.

Pris de joie, ils se sont rendus à l’aéroport où malheureusement l’information s’est avérée fausse. Fâchés, ils se sont dirigés vers la mission diplomatique du Gabon dans le pays où ils ont déposé leurs bagages et crié leur colère.

« Il s’agissait en réalité d’un vol spécial de la compagnie Asky affrété par le gouvernement des Etats Unis d’Amérique pour le rapatriement de ses ressortissants se trouvant au Gabon », précise un communiqué du ministère gabonais des Affaires étrangères.

Le ministère des Affaires étrangères rappelle que l’évacuation des ressortissants d’un pays « obéit à des règles strictes et relève de la seule responsabilité des gouvernements. Ce qui en l’occurrence n’a pas été le cas ».

« Le ministère des Affaires étrangères déplore cette incompréhension et prie les compatriotes de garder leur calme et de bien vouloir regagner leurs lieux de résidence ou d’hébergement provisoire », conseille le communiqué dont Gabonactu.com a reçu une copie.

Selon le texte le gouvernement gabonais est « mobilisé pour venir en soutien à plus de 500 compatriotes déjà recensés dans plus de 19 pays ».

Dans un précédent communiqué, le ministre gabonais des Affaires étrangères, Alain Claude Bilie By Nze a instruit les missions diplomatiques du Gabon d’apporter une aide consulaire à tous ces gabonais recensés en attendant leur rapatriement.

Le Gabon a brutalement ordonné, à la mi-mars, la fermeture de toutes ses frontières pour freiner la propagation dans son territoire de la pandémie du Covid-19 dont le bilan, au 7 avril, est de 33 cas dont 1 décès et 1 guérison.

Marie Dorothée

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Transport

Covid-19 : Air France dépêche à Libreville un Boeing 777 pour rapatrier les européens bloqués au Gabon

La compagnie française Air France dépêche ce dimanche à 13 heures 00 un Boeing 777 pour rapatrier les européens bloqués au Gabon lorsque le pays a brusquement fermé ses frontières le 14 mars dernier afin de freiner la propagation de la pandémie du Covid-19.

Dans un communiqué dont Gabonactu.com a obtenu une copie, les passagers prioritaires sont les français malades qui veulent se rendre dans l’hexagone pour se faire soigner. Il y a ensuite les français qui étaient en court séjour au Gabon.

La 3ème catégorie des passagers sont les ressortissants européens également bloqué et qui souhaite quitter le Gabon.

Le vol n’est pas gratuit, chaque voyageur paiera un tarif spécial, selon le communiqué qui annonce d’autres vols en fonction de la demande du ministère français des Affaires étrangères et de la logistique nécessaire pour une telle opération.

Le vol de dimanche a été possible grâce à une autorisation spéciale des autorités gabonaises. Un communiqué du ministre gabonais des Affaires étrangères, Alain Claude Bilie Bi Nze précise qu’aucun passager venu dans l’avion de dimanche ne sera débarqué à Libreville. L’équipe aussi ne sera pas autorisé à fouler le sol gabonais.

Les candidats au départ doivent laisser leur adresse complète en Europe et la liste des personnes contactées au Gabon durant les 21 jours derniers jours en vue de les retrouver en cas de contamination au Covid-19 dont le bilan au Gabon est de 21 cas dont un mort et une guérison.

Carl Nsitou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Diplomatie Politique

Sassou Nguesso a reçu le projet des réformes de la CEEAC

Alain Claude Bilie By Nze remettant le rapport au président congolais Denis Sassou Nguesso © CEEAC-ECCAS.org

Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso a reçu des mains du ministre gabonais des Affaires étrangères, Alain Claude Bilie By Nze les documents relatifs à la réforme de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), l’institution d’intégration régionale qui peine à prendre son envol au profit des populations de ses 11 Etats membres.

Accompagné du Secrétaire général de la CEEAC, Ahmad Allam-Mi, le ministre gabonais des Affaires étrangère a remis au président congolais 5 principaux documents adoptés par les experts de la CEEAC dans la perspective de la dynamisation de l’institution.

Il s’agit du traité révisé de la communauté, du protocole du COPAX (paix et sécurité de la communauté), du cadre organique, du règlement financier et du statut du personnel.

Le Congo a tout le temps de prendre connaissance de ces documents, de faire des propositions d’amendement au comité de pilotage, selon le ministre gabonais.

« Nous sommes en attente d’un sommet des chefs d’Etat qui va entériner les réformes », a indiqué M. Bilie By Nze qui a auparavant remis ce projet à 9 chef d’Etat de la région.

Les 11 Etats membres de la CEEAC sont l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, la République du Congo, la République démocratique du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, Sao Tomé-et-Principe et le Tchad.

Carl Nsitou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Diplomatie Politique

Le Gabon dit oui à une mission de l’UA , mais à une date qui sera convenue d’accord partie

Régis Immongault © Archives SGG

Libreville, 19 novembre (Gabonactu.com) – Le ministre gabonais des Affaires étrangères, Régis Immongault Tatangani, a dans une déclaration officielle lundi soir à Libreville, a remercié l’Union africaine (UA) pour ses souhaits de prompt rétablissement au chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba et dit oui à une mission de l’UA le moment venu et en tant que le besoin (…) à une date qui sera convenue d’accord partie.

 

« Il (le gouvernement, ndlr) est disposé le moment venu et en tant que le besoin à recevoir une mission de l’Union africaine à une date qui sera convenue d’accord partie », a notamment déclaré le chef de la diplomatie gabonaise qui a affirmé que c’est par voie de presse que le Gabon a été informé des intentions de l’Union africaine.

 

Le communiqué lu par le ministre sur le plateau de Gabon 1ère (télévision d’Etat) soutient que le Gabon est attaché « aux idéaux de paix et d’unité défendus par l’Union africaine et ne saurait en départir d’aucune manière ».

 

Cependant, le gouvernement gabonais considère que « la solidité des institutions gabonaises n’est plus à prouver.  La décision de la Cour constitutionnelle rendue le 14 novembre 2018 et le conseil des ministres tenu le 5 novembre 2018 témoignent de leur fonctionnement normal et régulier », précise la déclaration qui contraste avec les inquiétudes de l’Union africaine suite aux ennuis de santé du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, hospitalisé à Riyad en Arabie saoudite depuis le 24 octobre dernier.

 

« Toute fois, le gouvernement gabonais reste ouvert à toute initiative de l’Union africaine qui vise le maintien et la consolidation de la paix au Gabon », argument le Gabon.

 

On rappelle que l’Union africaine dans son communiqué du 17 novembre dernier a appelé les acteurs de la vie politique gabonaise et les institutions à conjuguer leurs efforts en toute responsabilité en vue de préserver l’unité, la paix et la stabilité du Gabon.

 

Avant de souhaiter un prompt rétablissement au président gabonais Ali Bongo Ondimba, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, a promis qu’il dépêchera une mission d’information et d’écoute sur Libreville.

 

Sensible à la dernière actualité qui alimente les débats les plus complexes sur la modification de la constitution par la Cour éponyme jeudi dans la nuit, en vue de donner des prérogatives au Vice-Président Pierre Claver Maganga Moussavou, Moussa Faki Mahamat a réaffirmé « l’indéfectible attachement de l’Union africaine au strict respect de l’ordre constitutionnel ».

 

En 2009 suite au décès du président Omar Bongo Ondimba, Jean Ping, président de la Commission de l’UA à l’époque avait désigné le sénégalais Moustapha Niasse pour une mission de bons offices. Libreville avait catégoriquement rejeté cette mission estimant que le Gabon était capable de régler ses propres problèmes.

Carl Nsitou

Suivez nous et Aimez nos pages