Catégories
Politique

Julien Nkoghe Bekalé : une déclaration de politique générale de trop ?

Le premier ministre Julien Nkoghé Bekalé © Com JCM

Approuvée lors du conseil des ministres du 23 janvier dernier, la Déclaration de politique générale du premier ministre, Julien Nkoghe Bekalé aura lieu moins d’un an après que le chef du gouvernement ait exécuté cet exercice devant les élus du peuple.

Ce vendredi 27 décembre, le premier ministre, julien Nkoghe Bekalé sera face aux députés de la 13e législature pour présenter la feuille de route de son gouvernement. Approuvé lors du dernier conseil des ministres, cet exercice du chef du gouvernement se tient alors que le scandale sur le détournement de deniers publics par des hauts fonctionnaires d’Etat bat son plein.

Dans la foulée de ce scandale financier dans lequel plusieurs anciens ministres sont impliqués, Julien Nkoghe Bekalé a été reconduit à la tête d’un gouvernement ‘’largement revu’’. Une nouvelle équipe gouvernementale qui s’est aussitôt pliée au devoir de prestation de serment devant le président de la République, Ali bongo Ondimba.

Le patron de l’administration est arrivé à la tête de la primature, le 12 janvier dernier alors que le président de la République poursuivait sa convalescence au Maroc. Conformément à la constitution, il avait alors présenté sa feuille de route à la représentation nationale le 26 février.

En l’espace d’un an, le premier ministre Julien Nkoghe Bekalé sera à nouveau face aux députés pour une déclaration de politique générale. En cohérence avec le Plan stratégique Gabon émergent (PSGE) et le Plan de relance économique (PRE), le premier ministre avait orienté sa mission sur la relance de l’économie et des actions visant à améliorer le quotidien des populations, notamment l’accès à l’eau et à l’électricité pour tous, l’habitat décent pour tous, l’allègement du panier  de la ménagère, la réhabilitation des tronçons routiers, entre autres.

Plus de 80% de ces chantiers n’ont pas trouvé un début de solution. Le natif de Ntoum aura donc du mal à convaincre les députés, même si l’Assemblée Nationale reste majoritairement dominée par le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), 100 députés sur 143. Les députés de la majorité renouvèleront assurément leur confiance à Julien Nkoghé Bekalé sans franchir le rubican en votant contre.

Lisa Mboui

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Justice

« Au Gabon, on a des magistrats qui sont incapables d’appliquer la loi » (Me Anges Kevin Nzigou)

Me Anges Kevin Nzigou, l’avocat conseil de Landry Washington Amiang © Gabonactu.com

L’avocat Anges Kevin Nzigou, a déclaré récemment dans une conférence de presse à Libreville,   qu’il y a des magistrats au Gabon qui sont incapables d’appliquer la loi pour mettre en liberté son client Landry Washington Amiang, l’activiste   en détention illégale selon lui depuis   9 mois à la prison centrale de Libreville.   

« Au Gabon, on a des magistrats qui sont incapables d’appliquer la loi », a fustigé M. Nzigou, déplorant au passage l’inertie de la cour d’appel de Libreville à statuer sur l’affaire, conformément à la loi.

En détention préventive depuis le 18 août 2016, Landry Washington Amiang a été jugé le 5 avril 2019. Il avait été condamné pour une peine de  3 ans assortis de 4 mois avec sursis. Il n’a pas été aussitôt libéré, suite à l’appel interjeté par le ministère public, (procureur).

Pour l’avocat conseil du prévenu, l’article 394 du code de procédure pénale, devait permettre la libération immédiate et sans conditions de l’activiste qui a été jugé pour  délit  « d’incitation  à la révolte contre les autorités de l’Etat, trouble à la paix publique et outrage envers le Président de la République ».

La prochaine audience pour  cette affaire  est attendue le 23 décembre 2019. Un procès qualifié de simulacre et de honteux pour la justice gabonaise.

« Pour ma part je ne me présenterai pas le 23 décembre  devant les gens qui ont montré leur incapacité totale à faire appliquer une disposition de la loi », a-t-il relevé.

Antoine Relaxe

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Environnement

Les militaires collectent 8 tonnes de déchets dans un canal à Libreville

Le génie militaire en pleine opération de curage © Gabonactu.com

Quelques 8 tonnes des déchets ont été collectés dans un canal d’évacuation à Libreville par des militaires mobilisés par le Haut commissariat à l’environnement et au cadre de vie (HCECV), dans le cadre de la continuité de la journée citoyenne.

« Le pont de la CNSS est très connu pour son insalubrité. Il était important que les acteurs concernés puissent travailler ensemble pour trouver des solution »,  a indiqué M. Yannick Ongonwou Sonnet,  haut commissaire au HCECV.

L’opération d’assainissement permis de collecter plus de 16 000 bouteilles en plastiques, près de 300 pneus, des encombrants comme des gazinières et plus de 8 tonnes de déchets divers.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Nettoyage.jpg.

Les bénévoles entrain de nettoyer le canal de la CNSS  © Gabonactu.com

L’activité visait un double objectif, celui d’offrir aux tortues marines un cadre sain pour la ponte de leurs œufs. Et ce fut aussi le lieu indiqué pour sensibiliser toutes les parties prenantes à la protection de l’environnement sur l’importance de préserver sain nos  milieux naturels.

Pour abattre ce travaille qui rentre dans le cadre du plan d’urgence initié par le gouvernement pour rendre Libreville, une ville  un peu plus propre, l’HCECV a mobilisé les agents de collectivités locales, de génie militaire, des forces de sécurité, de sociétés de collecte et d’assainissement.

Eudes Rinaldy Leboukou 

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Economie

Maurice Dikongo dans ses fonctions de PCA de la GOC

Le ministre du Pétrole Vincent de Paul Massassa (gauche) transmettant les documents au nouveau PCA de la GOC le 12 décembre à Libreville © Gabonactu.com

Le  ministre du Pétrole, du gaz, des hydrocarbures et des mines, Vincent de Paul Massassa a installé officiellement jeudi à Libreville, Maurice Dikongo dans ses nouvelles fonctions  de Président du conseil d’administration (PCA) de la Gabon oil compagny (GOC).

Le nouveau PCA de la GOC a été nommé en conseil des ministres du 5 décembre courant. Il remplace  Christian Philippe Nyambi Ndoutou. Ingénieur géologue, M. Dikongo se veut un adepte de la bonne gouvernance.

« Dans une économie de marché comme la nôtre,  l’entreprise est la structure de base sur laquelle s’appuie l’Etat pour satisfaire les besoins de populations et créer la richesse lui permettant  de répondre aux impératifs liés au développement.  La GOC en tant que société d’Etat est encore plus concernée dans ce processus et notre mission en qualité de  gestionnaire de l’entreprise s’inscrit singulièrement dans un souci de performance et d’obligation de résultats », a déclaré M. Dikongo dans son discours circonstanciel.

Pour atteindre cet objectif, Maurice Dikongo a exhorté  l’ensemble de ses collaborateurs  à « redoubler d’ardeur, à faire montre de plus de patriotisme  quant à la gestion de la chose publique ».

La soixantaine révolue, Maurice Dikongo a été formé à University of Texas at Austin et dans plusieurs universités des  Etats Unis. Il est détenteur d’études supérieurs en gestion pétrolière obtenu à l’Université de Mont Réal au Canada.

Le PCA de la GOC cumule plus de 30 ans expérience professionnelle dans l’administration publique pétrolière. Avec son autre casquette d’homme politique, il a été député du 2ème siège de la Passa dans la province du Haut-Ogooué (sud-est) de 2002 à 2007.

Antoine Relaxe

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Economie Société

Pascal Haouangni Ambouroué promet l’accessibilité à l’eau pour tous

Durant la cérémonie de prise de fonctions vendredi dernier, le nouveau ministre de l’Eau et de l’Energie, Pascal Houangni Ambouroué dit avoir une idée claire de la méthode qu’il compte mettre en œuvre pour rendre l’eau et l’électricité accessible à tous.

Pour Pascal Houangni Ambouroué, l’accès à l’Eau et l’Energie ne doit plus être un luxe pour les gabonais. En effet, quelques jours après son arrivée à la tête de ce département ministériel qui touche au besoin primaire des populations, le nouveau manager n’a pas eu besoin de pousser la réflexion pendant très longtemps.

« Je veux mettre en place un plan d’urgence totalement stratégique de l’eau et de l’électricité pour faire en sorte que nous puissions être en ligne avec les aspirations des Gabonais, notamment celles que chaque gabonais puisse être heureux à travers les recommandations du chef de l’état qui a dit qu’il ne sera heureux que lorsque les Gabonais seront heureux », a déclaré  M.  Houangni Ambouroué.

Clairement défini, le plan d’action de Pascal Houangni Ambouroué repose sur quatre axes, à savoir,  la mise en place d’une bonne équipe d’intégration, une équipe de haute facture qui va permettre de travailler avec les différents partenaires, notamment au niveau domestique et aussi au niveau international ; une conduite de changement pour disposer de tous les éléments infrastructurels mais aussi administratifs pour être efficace, entre autres.

« Dans le cadre du programme de l’égalité des chances du président de la République, il nous faut trouver des voies et moyens pour que l’électricité puisse accéder à tous les gabonais mais aussi que l’eau en abondance dans le pays puisse être un élément naturel pour chaque gabonais », a-t-il précisé.

La question de l’eau et de l’électricité fait partie des nombreux goulots d’étranglement du gouvernement. En dépit des nombreuses stratégies mises en place, les lignes ont du mal à bouger.

Lisa Mboui

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Culture Musique

Ma gratitude, nouvel album écliptique de Tâte Bouasse

L’artiste musicien, Tâte Bouasse (centre) durant la conférence de presse le 7 décembre à Libreville ©  Gabonactu.com

L’artiste musicien, Tâte Bouasse, leader du groupe socioculturel « Muwungui Bitengui International », a présenté le weekend écoulé  dans une conférence de presse à Libreville, son nouvel album baptisé : « ma gratitude », une œuvre musicale qui passe en revue les thématiques se rapportant aux aléas de la vie sociopolitique de l’heure.

L’album 10ème du genre, tant attendu par ses mélomanes est déjà dans les bacs. Il est chanté en grande partie en ‘’Ipunu’’,   la langue la plus parlée au sud du Gabon. La région est très connue  pour sa célèbre danse ‘’Ikokou’’.

Ma gratitude compte 9 titres.  Il  aborde plusieurs thèmes tels que le « mariage, le lien social qui est menacé par les politiques dont le discours est peu rassembleur ces derniers moments ». L’album prend aussi faits et cause pour « cette jeunesse bien formée dont l’ascension sociale est estimée précoce à tort ».

Selon Tâte Bouasse,  Ma gratitude, c’est aussi le remerciement de l’artiste à tous ceux qui lui ont permis, de loin ou de près, de parcourir ce chemin qui dure déjà 15 ans environ.

L’artiste qui dit avoir atteint l’âge de la maturité musicale, a annoncé son adhésion  à l’Association gabonaise des artistes musiciens et interprètes (AGAMI)  et  la protection de son œuvre au Bureau gabonais des droits d’auteurs (BUGADA). Il a aussi annoncé la signature prochaine d’un partenariat avec une structure de la place chargée de la vente en ligne de la musique.

Camille Boussoughou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Economie

Gabon : bientôt une contribution significative des entreprises industrielles dans le PIB

Le DG de l’instrie , Michel Antseleve ©  Gabonactu.com

Le Directeur général de l’Industrie et de la compétitivité, Michel Antseleve, a manifesté récemment, lors de la célébration de la journée de l’Industrialisation de l’Afrique (JIA), sa volonté de rendre plus compétitive les entreprises industrielles en incitant les investisseurs et les unités industrielles à améliorer leur contribution au PIB.

« Permettez-moi une fois de plus, de réaffirmer l’attachement de la Direction générale de l’industrie et de la compétitivité, à une plus grande compétitivité des entreprises industrielles vers une industrie innovante, performante, créatrice de richesses et d’emplois. Nous mettrons tout en œuvre pour que cette opportunité annuelle, à travers cette journée, puisse inciter les investisseurs et les unités industrielles à améliorer leurs contributions au PIB », a souhaité M. Antseleve.

Le thème retenu pour cette 30ème édition est: « positionner l’industrie africaine pour approvisionner le marché de la ZLECAF ». A travers cette thématique, Michel Antseleve entend susciter une prise de conscience des questions liées à l’industrialisation dans la croissance économique des pays africains mais également aux enjeux liés au libre-échange entre Etats africains.

Pour rappel, c’est le décret du 22 décembre 1989 des Nations Unies dans la résolution numéro 44/237, qui a institué la Journée de l’industrialisation de l’Afrique.  Elle est célébrée tous les 20 novembre de chaque année.

Eudes Rinaldy Leboukou 

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Economie

L’AGANOR vulgarise l’importance de la norme qualité

Les officiels de l’AGANOR durant la séance de sensibilisation le 5 décembre à Libreville ©  Gabonactu.com

Le Directeur général de l’Agence gabonaise de normalisation (AGANOR), Damas Kakoudja, a organisé jeudi à Libreville la 2ème  édition de la journée de l’AGANOR placée sous le Thème : « l’infrastructure qualité au service du développement économique », afin de faire connaître cet outil peu connu du grand public. 

Cette journée qui revêt une importance particulière à vue la participation de tous les acteurs de la normalisation, de la métrologie et de l’évaluation de la conformité.

Les enjeux de ladite manifestation sont non seulement de faire connaître l’AGANOR et ses missions, mais également de vulgariser et sensibiliser le public sur l’importance de l’infrastructure qualité.

Créée par le décret n° 0227/PR/MIMT du 23 juin 2014, l’Agence gabonaise de normalisation (AGANOR) est un établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle du ministère en charge de l’Industrie. Elle est dotée d’une personnalité juridique et jouit d’une autonomie de gestion administrative et financière.

Elle est chargée d’exécuter la politique publique en matière d’infrastructure qualité et est à ce titre l’Organisme National de Normalisation (ONN), d’Évaluation de la Conformité, de Métrologie et de Promotion de la Qualité.

L’AGANOR a pour mission principale de mettre en œuvre la politique du Gouvernement dans les domaines de la normalisation, de l’évaluation de la conformité et de la métrologie en liaison avec les administrations et les organismes concernés.

Ses missions consistent à : Élaborer, homologuer et diffuser les normes gabonaises ; gérer le système national d’évaluation de la conformité (inspection, laboratoire d’essai et analyse, accréditation) ; gérer le système national de métrologie ; promouvoir la qualité au Gabon ; former et accompagner des entreprises gabonaises à la démarche qualité ; Représenter le Gabon dans les instances internationales de normalisation et de métrologie ; assurer le point focal de la CEMAC et de l’OMC en matière d’obstacles techniques au commerce (OTC) ; Assurer le point focal des Nations Unies par rapport à la Convention cadre des Nations Unies pour le Changement Climatique (CCNUCC) en tant qu’Entité Nationale Désignée (END) pour le transfert de technologie climatique.

Eudes Rinaldy Leboukou 

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Economie

Les résultats du concours e-Gabon « Hackathon national » enfin connu

Les Lauréats  de Hackathon national 2019 ©  D.R

Le ministère de la Communication et de l’économie numérique en partenariat avec la Banque mondiale a rendu public les résultats du projet dénommé : « Hackathon national », lancé pour la deuxième fois au Gabon dans le cadre des activités du projet e-Gabon.

Le dimanche 1er novembre, les 16 équipes ont présenté leurs projets devant le Jury composé d’experts.  C’est à l’issue de cette série de speechs, que les projets qui ont été primés pour la commune de Moanda au sud-est du pays,  le groupe  SYNERGIE CARE a remporté la 1ère place en proposant une application mobile pour la gestion du don de sang. Celle-ci permettra de géo-localiser les potentiels donneurs de sang, et de les mettre en relation avec une banque de sang. Synergie Care gagne 10 millions de FCFA pour développer cette application.

Le 2ème place est occupée par la groupe ROSTOL  qui propose la numérisation du carnet de santé bien trop souvent perdu et incomplet. Cette application permettra l’archivage et la transmission des données du patient aux professionnels de santé, pour une prise en charge rapide et efficace des malades. Rostol empoche la somme de 5 millions de FCFA.

Et enfin c’est le groupe Bouessi qui a obtenu la 3ème place en proposant une application qui permet la consultation et le suivi du patient à distance, à travers la télémédecine. En l’absence de médecins spécialistes à l’intérieur du pays les patients sont obligés de faire de longs voyages vers la capitale pour des consultations. Avec la solution proposée par Bouessi le patient gagne en temps pour se faire soigner et bénéficie de soin de qualité sans se  déplacer. Le groupe dispose de 3,5 millions de FCFA pour mener son, projet à terme.

Le thème retenu pour cette 2ère édition du concours dédié aux jeunes gabonais, de 15 à 35 ans,  ayant des idées innovantes de développement d’applications mobiles ou web, était : « Le numérique au service du bien-être des populations ».

C’est à Moanda, ville productive du manganèse, que la 2ème  étape s’est déroulée. Les résultats pour cette 2ème  partie ont été annoncés au cours d’une cérémonie solennelle. Les 3 lauréats de Moanda sont désormais connus.

C’est à la salle polyvalente de la commune de Moanda que s’est tenue, la cérémonie de clôture de l’Hackathon national 2019 dans sa 2ème phase et ce, en présence des hautes autorités administratives en tête desquelles, Hervé Mangoumba le 1er  maire adjoint de la commune.

La compétition pour cette étape a enregistré près de 104 inscrits pour  64 participants effectifs de profils différents. Les candidats étaient répartis en seize (16) équipes constituées de  3 à 4 personnes.

Une fois les équipes constituées, les participants ont eu 48H du samedi 30 novembre au dimanche 1er décembre  pour développer leurs applications après une formation de 3 jours.

Prochaines étapes : Franceville  du 2 au 8 décembre. Les passionnées du numérique sont invités à s’inscrire en ligne à l’adresse www.hacknational.ga

Eudes Rinaldy Leboukou 

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Politique

Ali Bongo appelle le nouveau gouvernement à travailler pour le bonheur des populations

Le Président Ali Bongo (centre) instruisant le premier ministre Julien Nkoghe Bekalé en présence des membres du gouvernement le 4 décembre à Libreville © CP

Le Président Ali Bongo Ondimba a instruit le nouveau gouvernement réaménagé en profondeur le 2 décembre courant, à travailler pour répondre urgemment aux préoccupations des populations.   

«  Travaillez, chacun dans son domaine respectif afin d’accélérer le développement au bénéfice des populations, sous l’impulsion du Premier Ministre, Chef du Gouvernement », a instruit le numéro un gabonais, recevant le serment des 30 membres du nouveau gouvernement.

Conformément à l’article 15 de la Constitution  en son article 15, le gouvernement Julien Nkoghe Bekalé, a  prêté serment  mercredi devant le Président de la République, en présence des membres de la Cour constitutionnelle. Un rituel symbolisant leur loyauté envers la plus haute institution du pays.

Lisa Mboui

Suivez nous et Aimez nos pages