Catégories
Environnement Social Société

L’électricité sera coupée dans plusieurs quartiers de Libreville ce dimanche matin

Des techniciens de la SEEG à l’oeuvre © archives Gabonactu.com

La Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) a annoncé dans un communiqué que l’électricité sera coupée dans plusieurs quartiers de Libreville notamment au nord et une partie du centre ville à cause de travaux programmés de maintenance des équipements du poste d’Ambowé.

La coupure à ne pas assimiler à une coupure “intempestive” durera 4 heures, c’est à dire, de 7 heures à 11 heures. La SEEG qui s’excuse pour ce désagrément précise que les travaux de maintenance à effectuer sont ultra nécessaires pour garantir la sûreté et la sécurité de fonctionnement du réseau interconnecté (RIC) de Libreville.

Les ingénieurs et techniciens de la SEEG vont procéder durant ces travaux au remplacement des câbles de prolongement des jeux de barres 90kV du poste source d’Ambowé. Ces travaux doivent se faire hors tension d’où l’obligation de couper l’électricité pendant ces interventions délicates sur le réseau.

Liste de quartiers concernés :

Selon le communiqué, les quartiers concernés par cette coupure programmée sont par ordre alphabétique :

Ambassade du Cameroun, Ambassade du Nigéria, Ambowè, Ancienne RTG, Alibandeng, Ancienne Sobraga, Angondjé (Carrefour de la Paix, Cité Entraco, Carrefour Delta), Angondjé (Cité Sherko, Logements turcs, Logements sociaux, Amissa), Avorbam, Ballon d’or, BAD, Bas de Gué-Gué, Batterie 4, Bel air, Camp Aïssa, Camp de Gaulle, Cap (Estérias, Santa Clara, des pères), Carrefour Gi-Gi, Cité ASECNA, Charbonnages, Cité des Ailes, Derrière la Prison, Derrière le Camp de Gaulle, Diba-Diba, Dragages, Chantiers modernes), Gendarmerie Nationale, Haut de Gué-Gué, Kalikak, Hôtel Radisson Blue, Kiliba, Lac Bleu, Louis, Lycée d’Etat Lycée Léon Mba, Marseille, Milong, Ministère de l’Energie, Nzeng Ayong (Carrefour GP, Nouvelle Cité), Okala (Carrière, Mikolongo, Tankès, Ecole publique), Okala (Dispensaire, Auberge, Hôtel Nomade, Nazareth), Ondogo, PNUD, Pavillon, Plaine Orety, Pompidou, Premier Campement, Résidence les Bougainvilliers, Rond-Point d’Okala, Sablière, Sotéga, Soveman, Stade de l’Amitié, Tahiti, Terrasses de l’Estuaire, Tri-Postal, Tropicana, Université, Villa NAM, Yarden Hôtel Appart, Zone aéroport, Zone ENS, Zone Lycée Pierre Corneille.

Marie Dorothée

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Justice

Jean Remy Yama en fait poursuivi par un professeur d’université

Jean Remy Yama à sa sortie de la PJ © DR

Libreville, 28 mars (Gabonactu.com) – Le syndicaliste Jean Remy Yama a en fait été convoqué ce jeudi par la Police judiciaire (PJ) suite à une plainte contre lui déposée par un professeur d’université mécontent des critères d’attribution des logements dans le lopin de terre gracieusement mis à la disposition des universitaires par feu Omar Bongo Ondimba à Angondjè au nord de Libreville.

 

L’universitaire dont le nom n’a pas été divulgué a porté plainte à la PJ pour « abus de confiance aggravé ».

La plainte aurait été déposée en septembre dernier. L’universitaire dénonce la procédure mise en place dans l’attribution des logements déjà disponibles à Angondjè dans le lopin des enseignants chercheurs.

Jean Remy Yama et un autre enseignant chercheur sont les deux principaux gérant du projet. Chaque mois, les enseignants versent des cotisations qui permettent de poursuivre la construction des maisons. L’Etat verse également une subvention annuelle pour le succès du projet.

Les enseignants eux-mêmes veillent et apportent diverses contributions pour exécuter le projet afin de minimiser le coût des maisons.

Compte tenu de la lenteur dans la construction de ces maisons, les membres du projet ont adopté des critères pour attribuer les logements déjà construits.

« Le collègue a volontairement décidé de sortir du cadre convenu de commun accord pour se lancer dans une aventure solitaire », a déploré Jean Remy Yama au sortir de son audition à la PJ. « Je suis étonné que la plainte ne vise pas le 2ème gérant du projet », poursuit-il au micro de Gabonactu.com

 

Lundi prochain, la PJ organisera une confrontation entre les deux protagonistes. Jean Remy Yama a affirmé à Gabonactu.com qu’il ne s’est pas lui-même octroyé une maison. « Je suis encore locataire », a-t-il avoué.

La convocation n’avait pas à priori des motivations politiques. Cependant, le syndicaliste s’étonne de la coïncidence de sa convocation avec sa dernière sortie publique mercredi à la Chambre de commerce de Libreville où il a lancé des diatribes contre le pouvoir en place.

Camille Boussoughou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Justice Politique

La Cour constitutionnelle ouvre ce lundi le dossier du contentieux électoral des législatives

 

Libreville, 2 décembre (Gabonactu.com) – La Cour constitutionnelle gabonaise ouvre ce lundi les plaidoiries relatives au contentieux électoral des législatives d’octobre dernier, a appris Gabonactu.com de sources bien informées.

 

Selon nos sources, le contentieux n’est pas aussi volumineux cette année. Il y aurait seulement environ 30 dossiers. L’imposition d’une lourde taxe pour faire un recours aurait découragé plusieurs candidats.

 

Les accords d’Angondjè de mai 2017 ont imposé la somme de  250 000 FCFA pour déposer un recours relatif aux élections législatives contre 500 000 FCFA pour le scrutin présidentiel.

 

L’ouverture du contentieux électoral est une étape importante dans le processus de mise en place de la nouvelle Assemblée nationale. La Cour constitutionnelle proclamera les résultats définitifs après le contentieux. Cette proclamation mettre fin aux activités du gouvernement. Le Premier ministre devra démissionner pour permettre au Président de la République de former un nouveau gouvernement qui doit présenter sa politique générale devant la nouvelle Assemblée nationale.

 

Les résultats provisoires des élections législatives du 6 et 27 octobre dernier donne largement vainqueur le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir). L’opposition a été laminée. Elle a obtenu moins de 20 élus sur un total de 143 sièges. Le contentieux ne provoquera pas un véritable chamboulement.

Carl Nsitou 

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Politique

Législatives 2018 : le Pédégiste Joseph Minko Olenga « drague » l’électorat du 2e siège d’Akanda

Joseph Minko Olenga haranguant la foule@Gabonactu.com

Akanda, 29 septembre (Gabonactu.com) – Le candidat du parti démocratique gabonais (PDG) à l’élection législative du 6 octobre, Joseph Minko Olenga a officiellement lancé sa campagne de séduction des électeurs vendredi au 2e arrondissement de la commune d’Akanda, notamment à Angondjé.

Pendant l’hymne du parti démocratique gabonais@Gabonactu.com

Face à la population venue massivement l’écouter, Joseph Minko Olenga a partagé la vision du chef de l’Etat. Cette sortie a été auréolée des échanges sans tabou.

« Le futur vainqueur du 2ème arrondissement », accompagné d’une forte équipe de campagne, a présenté sa vision pour le développement de la commune d’Akanda et de ses quartiers, à savoir Angondjé et les Sablières.

Dans un langage franc et direct, Joseph Minko Olenga a demandé à la population d’accorder leurs suffrages à sa candidature. Il se présente comme un « sang neuf » susceptible d’apporter un plus dans le développement de la commune.

Joseph Minko Olenga était entouré de son équipe@Gabonactu.com

« Depuis l’avènement de la démocratie, cette commune a déjà bénéficié d’une municipalité, mais jamais d’un député. Cette fois-ci, c’est une première. La commune aura son député à l’Assemblée nationale. Il faut enfin donner à la jeunesse l’opportunité de représenter la commune à l’Assemblée nationale car il est temps de passer la main à une nouvelle génération pour défendre les intérêts de la commune », a indiqué Joseph Minko Olenga.

Le candidat du PDG a saisi l’occasion de cette sortie pour expliquer le bien-fondé du fonds d’initiative départemental (FID) proposé par le parti démocratique gabonais à  Ali Bongo Ondimba.

Le candidat du PDG se sent très proche de ses électeurs@Gabonactu.com

« Ce message sera soutenu à l’assemblée nationale, car le FID est en réalité une décentralisation économique afin de sortir nos compatriotes de la précarité dans laquelle ils se trouvent », a expliqué Joseph Minko Olenga avant de préciser qu’il travaille pour l’administration d’une société de ramassage d’ordures et que désormais il voudrait se mettre au service de ses concitoyens à l’Assemblée nationale.

Le 1er tour du scrutin est prévu pour le 6 octobre et le second tour 3 semaines plus tard.

 

Patrick Ango et Précieux Koumba

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Communication Fait divers Social Société

Urgent : Fidel Biteghé “assigné” à son bureau par les ex-agents

Fidel Biteghé assigné à son bureau d’Angondjé@DR

Libreville, 19 septembre (Gabonactu.com) – L’administrateur provisoire de l’agence Gabonaise de presse (AGP), Fidel Biteghé a été séquestré dans son bureau cossu d’Angondjé depuis ce matin par des ex-gents qui réclament le payement de leurs droits légaux.

Abusivement licenciés le 29 décembre 2017, les ex-agents broient du noir, expliquent-ils.

« La plupart d’entre nous sont devenus des mendiants. D’autres, des sans domiciles fixes. Certains mariages n’ont pas résisté à l’épreuve et plusieurs enfants ont quitté le banc de l’école. Voilà ce que l’égalité des chances nous sert », a indiqué un ancien agent qui était en service en province.

La dernière fois que les « déflatés » de l’AGP ont perçu un salaire remonte à mai 2017. Jusqu’à ce jour, aucun d’entre eux n’a plus rien reçu. Même pas un certificat de travail, indique-t-on.

Fidel Bitheghé a été nommé en juin 2017 en remplacement d’Olivier Mouketou Mouketou qui avait décliné la responsabilité de jeter des chefs de familles en pâture.

En juillet M. Biteghé avait fait pondre un article dans lequel il a fustigé le sit-in des déflatés devant les bureaux du ministre de la Communication, l’ancien journaliste d’Africa N°1, Guy-Bertrand Mapangou.

Selon l’article publié dans les colonnes de l’AGP, les ex-agents avaient outrepassé les limites du tolérable alors que leurs droits étaient en voie de paiement.

Or, deux mois sont passés et la plupart d’entre eux continuent de se poser des questions sur leur devenir et celui de leurs familles.

Estimés à une cinquantaine au départ, les déflatés de l’AGP se sont curieusement retrouvés à 35, parce que d’autres avaient été repris alors qu’ils avaient été licenciés pour ’’motif économique’’, indique-t-on.

Il y a quelques semaines, un confrère de la Radio, Pierre Founguès, dans à peu près la même situation, s’est vu obligé de se donner la mort en utilisant le drapeau qu’il a servi 4 décennies durant, dans son domaine.

 

Précieux Koumba

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Fait divers

Urgent : un homme égorge sa mère au quartier huppé d’Angondjé (Nord de Libreville)

Huguette Maryse Adiza Goudjo de son vivant@DR

Libreville, 8 septembre (Gabonactu.com) – Un homme, la trentaine révolue, dont l’identité n’a pas été révélée, a égorgé, ce samedi à Angondjé (Nord de Libreville) sa mère qui se trouve être une héroïne au Gabon ; Huguette Maryse Adiza Goudjo, gendarme rescapée de la catastrophe aérienne de Makongogno en 1985.

 

L’héroïne de Makongogno@DR

L’information qui n’a pas encore été authentifiée fait le tour des réseaux sociaux depuis ce matin et ne donne aucune précision sur le mobile réel ou approximatif qui lui a valu cette terrible sanction de la part de son propre fils.

 

Le présumé matricide est présenté comme un enfant issu d’une couche d’avec l’ancien grand intouchable de la SEEG, François Ombanda.

 

Selon des informations non encore officielles, le jeune homme serait sous l’emprise des psychotropes au moment des faits.

 

Au moment où nous publions cet urgent, le garnement serait aux bons soins de la police judiciaire, apprend-t-on.

 

Affaire à suivre…

 

Camille Boussoughou

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Economie Politique Social

L’union sacrée pour la patrie encourage le Gouvernement à appliquer les mesures d’austérité

Erisco Wilfried Mvou Ossialas, porte parole de l’USP@Gabonactu.com

Libreville, 19 juillet (Gabonactu.com) – Le nouveau syndicat de l’administration publique, Union sacrée pour la patrie (USP) a encouragé mercredi le Gouvernement de la République à appliquer intégralement les mesures dites d’austérité et d’aller jusqu’au bout de la logique, lors de leur première sortie à la Chambre de commerce de Libreville.  

« Nous soutenons le Gouvernement dans l’application des mesures d’austérité », a indiqué Erisco Wilfried Mvou Ossialas, porte-parole du syndicat.

Il affirme que l’USP salue les mesures dites d’austérité qui passent entre autre par la maitrise de la masse salariale, l’audit réelle des effectifs de la fonction publique,  l’assainissement du fichier des pensions de retraite et de la main d’œuvre non permanente avant l’application de la décote salariale.

La nouvelle structure syndicale rassure ses adhérents du caractère nécessaire et urgent des réformes actuelles visant à reconnaitre les erreurs du passé.

Cependant, l’USP est surprise de constater que les structures syndicales qui boudent l’application des mesures gouvernementales visant à relancer l’économie gabonaise malade, étaient de ceux qui, en 2014 à Angondjé, l’exigeaient au Gouvernement.

Lesdites mesures exigent la réduction des cabinets présidentiel, ministériels et des autres institutions de la République, une audit de la masse salariale, le gel des recrutements, titularisations, avancements et reclassements dans la fonction publique sur une période de 3 ans, la décote de 5 à 15% des salaires supérieurs à 650 000 FCFA (1 000 euros), la réduction de l’équipe gouvernementale, la fin des voyages en classe affaire, etc.

 

Précieux Koumba

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Economie Politique Social Société

Mesures d’austérité : le gouvernement refuse de participer à l’effort collectif

Le 1er ministre Issoze Ngondet et quelques membres du Gouvernement à Angondjé@Gabonactu.com

Libreville, 14 juillet (Gabonactu.com) – Le gouvernement gabonais a refusé vendredi de se faire hara-kiri pour mieux faire avaler la pilule amer d’austérité aux Gabonais qui, chaque jour davantage, rejettent de vive voix une injustice patente. 

 

« Ça sonne comme du deux poids, deux mesures », a commenté Paul Mikouyi sur les réseaux sociaux.

 

En réunion pédagogique avec les partis politiques ayant pris part au dialogue d’Angondjé, le premier ministre Gabonais Emmanuel Issoze Ngondet a, avec des mots clairs, rejeté toute idée de réduction de la taille du Gouvernement dont il est le chef.

 

« La réduction de l’équipe gouvernementale figure bien sur la liste des mesures préconisées, mais c’est une question de timing », a-t-il indiqué.

 

Or, la réduction de l’équipe était la première chose qui a été préconisée avec un effet d’application immédiat, avant que les décideurs ne se ravisent pour des raisons inavouées.

 

Sa révision attendra sans nul doute les lendemains des législatives qui constituent une autre source de dissipation des deniers publics, estime-t-on.

 

Emmanuel Issoze Ngondet a aussi refusé la dissolution de certaines agences telle que préconisé par ses interlocuteurs.

 

« C’est la raison pour laquelle certains Gabonais qui se sont manifestés parlent de ’’dictat’’ », affirme Brice, un fonctionnaire.

 

Selon lui, ces mesures auraient été précédées par un dialogue social franc et ouvert à toutes les couches sociales.

 

L’agent de l’Etat a même suggéré que le Gouvernement prenne le courage d’écouter et d’adopter les propositions de l’opposition dite radicale, des magistrats et des universitaires qui se sont exprimés tous ces jours afin de sortir le Gabon de l’abîme au lieu d’asphyxier des innocents par des mesures impopulaires et inefficaces, qui accentueront la paupérisation des Gabonais et pourraient augmenter le taux de banditisme dans la cité.

 

« Le Gouvernement a choisi de sacrifier le peuple », a conclu Brice.

 

Camille Boussoughou  

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
Télécommunication

Gabon Telecom en mode collés et serrés avec ses clients

 

Libreville, 5 août (Gabonactu.com) – Gabon Télécom, opérateur historique des télécommunications au Gabon a annoncé dans un communiqué vendredi avoir multiplié ses opérations de proximité pour mieux servir ses très nombreux abonnés.  

 

Avec une centaine de shows organisés depuis le début de l’année, les animations de Gabon Telecom rencontrent un franc succès partout où elles passent.

Aux animations du dimanche à la plage du Lycée National Léon Mba, de nouvelles attractions dans les quartiers se sont ajoutées. Programmées hebdomadairement, les animations sillonnent Libreville de long en large, en priorisant les quartiers et les zones de forte affluence : PK8, Nzeng Ayong, Angondje… Chacune des animations rencontre un public pouvant aller de 500 à 1000 personnes.

Partout où il y a les clients, Gabon Telecom est présent @ GT

La caravane de bonne humeur a pour objectif principal de mieux faire connaître les offres et services de l’opérateur et de répondre aux multiples interrogations des clients.

Pour chaque animation le scénario est le même : cocktail de musique, de danse, humour et informations sur les différents produits et services. A travers ces shows, l’opérateur crée un cadre de loisirs inédit et une occasion de détente pour les populations.

Déploiement au célèbre carrefour Rio de Libreville @ GT

Ce dynamisme sur le terrain est cohérent avec l’activité commerciale de l’opérateur qui se caractérise en cette période : Offres promotionnelles, Tombola Mobicash et des nouvelles références de téléphones.

Rendez-vous est donc pris pour des moments de détente en famille ou entre amis.

Source : Gabon Telecom

Suivez nous et Aimez nos pages
Catégories
France Politique

France : Les partisans d’Ali Bongo attaquent le Trocadero ce samedi

 

Paris, 15 juin (Gabonactu.com) – Les partisans du président gabonais, Ali Bongo Ondimba organisent le meeting de la légalité républicaine  pour la dignité du Gabon ce samedi 17 Juin 2017,  à la Place des droits de l’homme au Trocadéro,  à Paris. Une manière de donner la réplique à l’opposition sur cette même place perçue depuis le 27 août dernier,  comme l’esplanade des Pro-Jean Ping.

Pour cette démonstration de force sur la Place du Trocadero,  il est prévu entre autres, la lecture du rapport final des assises du Dialogue Politique d’Angondjé à Libreville par Marius Ndong Ondo et Thierry d’Argendieu Kombila, la motion des partis politiques de la Majorité Sociale pour l’Emergence, l’intervention des 9 Notables venus du Gabon en différentes langues vernaculaires du terroir.

 

Après ce méga-meeting, il est prévu une diffusion d’un film documentaire des réalisations du président Ali Bongo Ondimba, depuis son avènement à la magistrature suprême en août 2009.

Jarele SIKA
Suivez nous et Aimez nos pages