Pollution : Perenco sommée de dédommager les populations touchées dans le département d’Etimboué  

Le Ministre de la Justice, Erlyne Antonela Ndembet Damas présidant la réunion à Port-Gentil sur la situation de pollution par Perenco © Gabonactu.com

Le Ministre de la Justice, Erlyne Antonela Ndembet Damas a lors d’une récente réunion qu’elle a présidé en présence de son collègue de l’environnement, Lee White, et le Directeur général de la société Pérenco, Baptiste Breton, sommé cette société française accusée de pollution de dédommager les populations vivant dans le département d’Etimboué (Ogooué Maritime), impactées par la pollution engendrée par l’activité pétrolière.

« Le vœu du Gouvernement, dans la conduite de ce dossier de pollution, est de s’assurer de ce que les entreprises pétrolières respectent les lois et règlements en vigueur au Gabon en matière de préservation de l’environnement et qu’une place importante soit accordée au dédommagement et au suivi de la santé des populations », a relevé Mme Ndembet Damas.


Bien avant cette réunion, la Direction générale de l’Environnement a conduit une mission de dix jours (4 au 13 Février 2021) dans les villages avoisinants l’exploitation pétrolière de Perenco. Les populations de BP-Oguendjo, Olende et Iles des Nègres, proches de la station de production CB-1 (permis Olende); Batanga, situé à proximité du centre de production de Batanga, Bissoma, Diouma, Chic à Voir et Paguiélou, situés dans le périmètre du permis Rembo Kotto ; Moukouna, Yeno, Petit Village et Matsouka, proches des champs Coucal et Avocette, ont présenté à Pérenco, un chapelet de doléances.

Il s’agit notamment de « l’approvisionnement du dispensaire en médicament ; la prise en charge du salaire de l’infirmier ; la mise en place d’un suivi médical pour l’ensemble des riverains ; la remise en état de la route qui mène au village Makouna ; l’adduction en eau potable et l’électrification pour tous les villages ; et la construction d’une école primaire à cycle complet avec logements des enseignants ».

Antoine Relaxe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.