Mathias Otounga Ossibadjouo non coupable des violences contre Chambrier à Okondja

L’actuel ministre de la Décentralisation, Mathias Otounga Ossibadjouo, fils d’Okondja, pointé du doigt comme l’instigateur des violences dans sa ville natale contre la délégation de l’opposant, Alexandre Barro Chambrier dans cette ville du sud-est du Gabon s’est déclaré non coupable et au contraire condamne cette « barbarie ».

« Je ne suis nullement concerné par ces rumeurs fallacieuses à mon endroit », s’est disculpé M. Otounga Ossibadjouo dans ce poste daté d’Okondja.


« Je condamne avec la plus grande fermeté cet écart de conduite de ces jeunes. Cette violence ne grandit nullement notre jeune démocratie et met en péril notre vivre-ensemble », a posté le ministre sur sa page Facebook.

« Du reste, la visite d’un quelconque leader d’un Parti reconnu à Okondja est un acte Républicain qui, à mon avis, n’enlève rien à l’ancrage du Département au PDG », explique-t-il.

« Tout gabonais étant libre de circuler sur toute l’étendue du territoire national quand et comme il le souhaite, je ne cautionnerais pas pareils agissements rétrogrades », a-t-il insisté.

Le président du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM, opposition radicale), Alexandre Barro Chambrier a initié depuis le 18 août 2021 une tournée politique dans la province du Haut Ogooué (sud-est). Il a déjà séjourné sans anicroche à Franceville, la capitale de la province du Haut-Ogooué, fief de la famille Bongo Ondimba.

L’étape d’Okondja a par contre été perturbée dimanche par des jeunes identifiés, semble-t-il, comme des pro Ali Bongo Ondimba.

La toile s’est enflammée pour condamner cet acte anti-démocratique. La prochaine élection présidentielle au Gabon est prévue en 2023. Possible candidat à ce scrutin, Alexandre Barro Chambrier est en tournée pour implanter son parti et conquérir l’estime des populations.

Antoine Relaxe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.