PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

‘’ L’intégration sous régionale va connaître un nouveau départ’’, Michel Niama commissaire CEMAC

‘’ L’intégration sous régionale va connaître un nouveau départ’’, Michel Niama commissaire CEMAC

Michel Niama, Commissaire de la CEMAC © Gabonactu.com

Présent à Libreville pour la célébration du 60ème anniversaire de la Confédération patronale gabonaise (CPG), Michel Niama, Commissaire de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) affiche un air optimisme quant à l’avenir de l’intégration sous-régionale en Afrique centrale.

Gabonactu.com : Quel regard portez-vous aujourd’hui à l’intégration sous régionale  au niveau des six Etats membres de la CEMAC ?


Michel Niama : Je crois que l’intégration sous régionale va connaître un nouveau départ pour ne pas dire que les verrous d’autrefois sont en train de tomber pour que nous puissions aller effectivement vers l’intégration qui passe par le développement des échanges intra-communautaires. Ce qui représentait un handicap jusqu’alors et je crois que nous sommes sur la bonne voie.

Quelle est la principale valeur ajoutée de l’intégration régionale pour le marché de la CEMAC ?

L’intégration régionale, c’est d’abord les échanges et je crois que nous avons pris le taureau par les cornes pour que dès 2020 nous puissions passer de 330 produits à 1000 produits échangés entre les six pays membres de la sous région (Cameroun, Centrafrique, Congo Brazzaville, Gabon, Guinée Equatoriale et Tchad, ndlr).

Comment protéger le marché de la CEMAC à la concurrence extérieure ?

Les marchés extérieurs seront handicapés parce que nous sommes dans une Union douanière où il n’y a pas de taxes douanières entre les différents Etats. Nous appliquons un taux commun au reste du monde. C’est ce qu’on appelle le TEC (le tarif extérieur commun). Ça veut dire que s’il y a de la viande qui veut entrer dans notre marché commun, nous allons imposer le même taux au Gabon, au Congo, en Guinée équatoriale pour encourager la viande qui viendrait par exemple du Tchad, de la RCA, du Cameroun.

Nous avons un mur commun parce que nous sommes une Union douanière. Donc nous avons un mur d’ensemble pour qu’au niveau communautaire, nous édictons des règles qui permettent aux Etats de se protéger. C’est donc à travers la TEC que nous allons protéger les entreprises dans la sous région.

Propos recueillis par Lisa Mboui

Suivez nous et Aimez nos pages

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
pendik escort kartal escort çekmeköy escort escort mersin konya escort mersin escort erotik film izle türkçe altyazılı porno lezbiyen porno sex hikaye mersin escort bodrum escort mersin bayan escort