Les Tchèques veulent rogner des parts dans le pétrole et les mines au Gabon

Ministre tchèque de la Défense Tomas Kopecny remettant un pot en cristal tchèque à son homologue gabonais Vincent de Paul Massassa © Gabonactu.com

Une délégation de la République Tchèque conduite par le ministre de la Défense Tomas Kopecny a eu ce vendredi à l’immeuble du pétrole une longue séance de travail avec le ministre gabonais du Pétrole Vincent de Paul Massassa pour examiner les domaines dans lesquels les tchèques peuvent investir au Gabon.


Particulièrement heureux, le ministre gabonais a fait projeter sur écran géant les potentialités minières et pétrolières du Gabon.

Comme des écoliers dans une salle de cours, les hommes d’affaires tchèques qui accompagnent leur ministre ont découvert à travers les projections que le Gabon dispose des gisements d’or dans plusieurs provinces, un immense gisement de terres rares à Lambaréné dont le permis est détenu par le groupe français Eramet. Le groupe français est à la recherche des partenaires pour développer ce riche gisement rempli d’autres minerais très précieux dont l’uranium.

Poursuivant son opération de charme, Vincent de Paul Massassa et ses techniciens ont aussi indiqué à la délégation tchèque que le Gabon dispose d’un important gisement de fer à Bélinga (640 millions de tonnes de fer d’une teneur de 60 à 65%). Il y a aussi la barytine, le marbre, le talc, le niobium…

Vincent de Paul Massassa a fait un point focal sur le 12ème appel d’offre lancé en 2018 pour mettre en vente 35 blocs pétroliers.

Le ministre a expliqué que ce dossier a piétiné car au moment où il était lancé, le Gabon ne disposait pas d’informations sur les potentialités de ces champs. Un cabinet américain a réalisé des études pour évaluer le potentiel de ces champs. Les études confirment les soupçons d’une présence de pétrole dans les blocs pétroliers en question.

« Il est possible qu’on découvre de nouveaux Rabi», a soutenu le ministre. Rabi est le plus grand gisement pétrolier de l’histoire du pétrole gabonais découvert dans les années 80 par Shell Gabon.

Répondant à son homologue gabonais, Tomas Kopecny a espéré que les semaines et mois à venir, le Gabon et la République Tchèque pourront mettre sur pied des projets concrets à réaliser au Gabon.

Pays européen, la République Tchèque pénètre tout doucement en Afrique. Une de ses sociétés majors dans le domaine pétrolier opère déjà au Nigeria et au Cameroun.

Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.