PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Exclusivité : Je pense à mes codétenus Bertrand Zibi, Pascal Oyougou et Landry Amiang Washington (Massavala)

Exclusivité : Je pense à mes codétenus Bertrand Zibi, Pascal Oyougou et Landry Amiang Washington (Massavala)

Frédéric Massavala Maboumba à sa résidence le 9 juin 2019 ©  Gabonactu.com

Libreville, 10 juin (Gabonactu.ciom) – Frédéric Massavala Maboumba dans une interview exclusive à Gabonactu.com a dit savourer dans un sentiment mitigé ses premières heures de liberté parce qu’il pense à ses codétenus Bertrand Zibi, Pascal Oyougou et Landry Amiang Washington restés dans le bagne où la vie est quasiment impossible.

« J’ai l’immense joie de retrouver les miens, mes parents, mes enfants, mes amis et mes connaissances mais d’un autre côté, beaucoup de tristesse d’avoir laissé mes amis, Pascal Oyougou, Bertrand Zibi, Landry Amiang Washington qui sont restés dans le bagne », a dit le désormais ex-détenu le souvenir encore tout frait des rudes conditions de détention à la prison centrale de Libreville aussi connue sous l’appellation « Sans famille ».


« Je voudrais prier pour qu’ils sortent de là le plus vite possible », a-t-il ajouté appelant toutes les bonnes volontés de contribuer à leur libération.

Difficiles conditions d’incarcération

« Mes deux premiers mois étaient très difficiles. Je dormais à même le sol et ça fait très mal au corps. J’étais dans une pièce obscure jour et nuit », a témoigné le porte-parole de la Coalition pour la nouvelle République, un regroupement politique créé par Jean Ping.

« Il m’était interdit de me raser

Frédéric Massavala Maboumba reste dans l’opposition © Gabonactu.com

et de couper les ongles. J’avais une barbe très danse et blanche comme celle de mon grand frère Mouity Nzamba. Mes ongles étaient devenus comme des crocs d’un charognard », raconte-t-il.

Ses conditions de détention se sont améliorées après le 2ème mois, mais « la prison reste la prison », modère-t-il en affirmant qu’il partageait son quotidien avec Bertrand Zibi, Pascal Oyougou et Landry Amiang Washington.

« On mangeait ensemble. On discutait. On refaisait le monde », a-t-il dit sans aller en profondeur. 

Je reste dans l’opposition

 La souffrance endurée en prison pour avoir participé seulement à un meeting au QG de Jean Ping n’ont pas changé la position de cet ancien ministre sous Omar Bongo et ex collaborateur d’Ali Bongo.

« Je suis intimement convaincu que je me bats pour une bonne cause, donc je continuerai de me battre pour cette bonne cause »

, a-t-il dit avec détermination. « Je ne changerai pas », a-t-il insisté.

Pardon

Frédéric Massavala dit avoir pardonné ceux qui lui ont envoyé en prison, ceux qui l’ont abandonné et ceux qui ont applaudit lorsqu’il s’est retrouvé dans les geôles.

« Tout ce qui ne tue pas renforce », se console-t-il.

 

Frédéric Massavala Maboumba était en détention à la prison centrale de Libreville depuis le 8 septembre 2017 pour instigation et manifestation contre l’autorité de l’Etat. Il a été libéré jeudi  au terme d’un délibéré prononcé par  la Cour d’Appel de Libreville. Il est sorti de sa cellule le samedi 8 juin 2019.

Carl Nsitou

Azgın ve erkegini doyurmasını bile sürekli ateşli olan mersin eskort lar erkekleri doruklara cıkarmak için hizmet vermeye devam ediyorlar

Suivez nous et Aimez nos pages

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
pendik escort kartal escort çekmeköy escort escort mersin konya escort mersin escort erotik film izle türkçe altyazılı porno lezbiyen porno sex hikaye mersin escort bodrum escort mersin bayan escort