Apurement de la dette intérieure : 1300 milliards seront consacrés durant 3 ans

Jean Fidèle Otandault après avoir échangé avec la CPG le 22 septembre à Libreville @Gabonactu.com

 
Libreville, 23 septembre (Gabonactu.com) – Le ministre d’Etat en charge du Budget et des Comptes publics, Jean Fidèle Otandault a annoncé vendredi au terme d’une réunion avec les responsables de la  Confédération patronale gabonaise (CPG) qu’une enveloppe de 1300 milliards de FCFA sera consacrée à l’apurement de la dette intérieure suivant un plan triennale.
 
« Sur toute la période de 2017-2020,  c’est 1300 milliards qui seront payés au tire du remboursement de la dette intérieure », a annoncé M. Otandault, indiquant par la suite que le processus de paiement permettra de soutenir le Plan de relance économique (PRE) du pays, concocté avec le FMI.

Le ministre du budget et son collègue de l’économie, Régis Immogault en plein séance de travail avec les membres de la CPG @ Gabonactu.com

Le processus aurait déjà commencé. Selon l’argentier gabonais, dans la loi  de finance rectificative 2017, plus de 39 % des ressources budgétaires sont consacrés au remboursement de la dette. « Sur 350 milliards connus au titre de l’exercice 2017, 200 milliards ont été effectivement payés »-a-t-il affirmé.
 
Dans les créances de l’année en cours,   la part de la Confédération patronale gabonaise est évaluée à 94 milliards de FCFA. Le montant reste à réévaluer dans le cadre d’une commission, dont la mise en place se fera incessamment.
Le ministre du budget a rassuré tous les chefs d’entreprises sur la nécessité de paiement progressif de la dette intérieure @ Gabonactu.com

« Aujourd’hui on commence un processus de discussions qui va en court terme déboucher sur la mise en place d’une cellule (CPG et gouvernement) pour évaluer et valider le montant exact de la dette »,  a déclaré Alain Bâ Oumar, président de la CPG
 
Le Cabinet d’audit d’expertise comptable, Pricewaterhouse Coopers  a été mise en contribution pour évaluer la dette intérieure. Une dette qui plombe l’économie,  en asphyxiant la trésorerie des dizaines d’entreprises opérant au Gabon. Certaines licencient en masse pour motif économique, d’autres    mettent la clé sous le paillasson.
 
Sydney IVEMBI
 
 
 



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.